Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 3014. Économie14.1. IranRamine Motamed-Nejad. « Economie ...

14. Économie
14.1. Iran
342

Ramine Motamed-Nejad. « Economie politique de l’ordre monétaire en Iran, 1979-2005 », in : Frédéric Lordon, éd., Conflits et pouvoir dans les institutions du capitalisme contemporain. Paris, Presses de Sciences Po, 2007, pp. 175-220.

Gilles Riaux

Entrées d’index

Rubriques :

14.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1L’A. explore l’histoire monétaire de l’Iran post-révolutionnaire pour mettre en lumière les enchaînements qui conduisent l’ordre monétaire en place à renvoyer les reflets de l’ordre politique, et des multiples conflits qui s’y jouent. C’est donc à une relecture des trente dernières années de l’histoire iranienne que nous convie l’A. pour montrer que les détenteurs du pouvoir sur la monnaie ont exercé une influence considérable sur les évolutions économiques, mais aussi politiques et sociales du pays. Ainsi, est réintroduite une chronologie classique de l’Iran post-révolutionnaire articulée autour de la mort de l’ayatollah Khomeyni.

2La première période s’organise autour d’un conflit d’intérêt majeur sur la monnaie entre deux pôles : le premier radical, domine le parlement et le gouvernement, et se montre hostile face aux excès du capitalisme, du fait de sa base sociale, constituée de la classe ouvrière, de la paysannerie et de la fraction inférieure des classes moyennes ; le second s’appuie sur les bāzārīs, les grands propriétaires terriens et les industriels, pour défendre le fonctionnement du marché et la propriété privée. Elle conduit à la formation d’un compromis politique autour d’une norme monétaire duale, susceptible de satisfaire les intérêts divergents des deux groupes.

3La seconde période est marquée par d’importants bouleversements et une redistribution/appropriation conjointe et massive des actifs et des pouvoirs. L’affaiblissement politique des radicaux et la mise en place de réformes économiques au début des années 1990 ont favorisé l’intronisation d’un régime de débiteurs, particulièrement favorables aux grands groupes industriels et financiers, notamment les fondations. Grâce à leur accès privilégié au crédit public, ces groupes ont pu emprunter des sommes colossales pour financer l’acquisition des droits des sociétés publiques en voie de privatisation. Il leur a aussi permis de créer de multiples sociétés financières pour mettre en place de nouveaux marchés de fonds de prêts. Ils ont ainsi étendu leur pouvoir d’influence sur l’ordre monétaire au détriment d’acteurs auparavant essentiels, qu’étaient la Banque centrale et les grands marchands du bazar. Une fois en position de force, ces groupes parviennent à faire basculer le régime monétaire vers un régime de créanciers, au tournant des années 2000. Ils sont désormais désireux de valoriser leurs importants capitaux acquis pendant la décennie précédente, grâce à une hausse des taux d’intérêt et en offrant leurs services à un Etat en quête de nouvelles sources de financement. Cette évolution du régime monétaire, de plus en plus indépendant du pouvoir politique, a de lourdes conséquences sociales et politiques. Elle entraîne un étranglement du crédit, qui est à l’origine d’une crise de liquidités pour la plupart des agents économiques. Ils sont de plus en plus contraints de se tourner vers le crédit informel pour se financer, dans des conditions désavantageuses. C’est à cette aune que l’A. propose d’interpréter la victoire de Ahmadinejad aux présidentielles de 2005 : elle serait la manifestation d’un rejet de l’ancienne classe politique par une population indignée d’être tenue en dehors du régime monétaire officiel.

4Cet article a l’immense avantage de proposer un éclairage neuf sur l’Iran post-révolutionnaire à partir d’une perspective de régime monétaire. Elle permet d’identifier des logiques qui sous-tendent les conflits et leur résolution entre les différentes factions qui tiennent les rênes du pouvoir en République islamique. On peut néanmoins regretter que l’A. n’aille pas plus loin dans ces conclusions pour mettre plus concrètement en évidence les effets du monétaire sur le politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Riaux, « Ramine Motamed-Nejad. « Economie politique de l’ordre monétaire en Iran, 1979-2005 », in : Frédéric Lordon, éd., Conflits et pouvoir dans les institutions du capitalisme contemporain. Paris, Presses de Sciences Po, 2007, pp. 175-220. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 30 | 2010, document 342, mis en ligne le 08 avril 2010, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/38187 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.38187

Haut de page

Rédacteur

Gilles Riaux

Paris

Comptes rendus du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search