Navigation – Plan du site
352
Bacqué-Grammont, Jean-Louis, Bernardini, Michele et Berardi, Luca (eds.)

L’arbre anthropogène du Wâqwâq, les femmes-fruits et les îles des femmes. Recherche sur un mythe à large diffusion dans le temps et dans l’espace. Naples, Università degli Studi di Napoli « L’Orientale », Dipartimento di Studi Asiatici (« Series Minor », LXXII) / Institut français d’études anatoliennes Georges Dumézil, 2007, 342 p., ill.

Compte-rendu réalisé par Jean-Pierre Digard

Entrées d’index

Rubriques :

16.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Le sujet de ce recueil d’articles est un mythe d’origine arabe repris dans des textes ottomans des XVIe et XVIIe s., mais également présent en Chine et en Perse (article de Francis Richard), centré sur un arbre fabuleux de l’île non moins fabuleuse du Wâqwâq, située, selon les AA., dans l’Océan Indien vers les Comores, ou plutôt en mer de Chine au large de l’Insulinde. Cet « arbre à femmes » produisait, en guise de fruits, des têtes ou des corps de femmes d’une extraordinaire beauté et d’une complaisance sans pareille, qui procuraient, aux marins notamment, d’incomparables plaisirs durant les quelques heures où elles survivaient à leur cueillette. Le présent recueil entreprend de rouvrir le dossier abandonné par le diplomate et érudit Gabriel Ferrand (1864-1935), en insistant plus particulièrement sur la dimension et les aspects sexuels du mythe, qui restèrent longtemps occultés en vertu, si l’on peut dire, d’une certaine pruderie orientaliste, ici heureusement dépassée.

2Le volume réunit les quatorze contributions suivantes :

3Jean-Louis Bacqué-Grammont, « En guise d’introduction : autour de quatre compendium d’époque ottomane », suivis de treize « excursus » (pp. 7-131) qui précisent ou développent certains aspects ou points particuliers initialement confinés dans les notes infrapaginales ;

4Francis Richard, « L’arbre wâq-wâq vu par les Persans » (pp. 133-137) ;

5Sylvia Auld, « Another look at the waq-waq: arabesques and talking heads » (pp. 139-169) ;

6Sima Orsini-Sadjed, « La description de l’arbre wâq-wâq selon les ‘adeptes de la théorie de la métempsycose’ rapportée par ‘Aziz Nasafi » (pp. 171-176) ;

7Mario Casari, « Alexandre et l’arbre anthropique » (pp. 177-201) ;

8Altan Gökalp, « L’arbre vakvak dans la tradition turque : le ‘peuplier sanglant’ du théâtre d’ombres karagöz » (pp. 203-206) ;

9Faruk Bilici, « Lutte de pouvoir, harem et violences dans l’empire ottoman au XVIIe siècle : les journées de vakvâk (1656) » (pp. 207-224) ;

10Claude Allibert, « Végétal, minéral ou humain ? Reconsidération du problème » (pp. 225-241) ;

11Adolfo Tamburello, « Lieux fantastiques de l’océan Indien. À propos du voyage à Engano d’Elio Midigliani » (pp. 243-256) ;

12Simone Mauclair, « Nyogonoshima, ‘l’île des femmes’ : un lieu commun de la société contemporaine japonaise pré-contemporaine » (pp. 257-278) ;

13Éric Marchandet, « L’arbre à femmes de l’île de Waqwaq : l’actualité du mythe » (pp. 279-288) ;

14Denis Bischoff, « Digression ethnologique sur la nature et la structure du mythe de l’arbre anthropogène du Waqwaq » (pp. 289-305) ;

15Jean-Claude C. Chabrier, « Femme banale, femme idéale, femme fatale dans le rêve du marin. Propos d’un médecin praticien » (pp. 307-316) ;

16Michele Bernardini, « Sur les noix de coco / femmes-fruits et les ocelles des peaux de panthère » (pp. 317-323) : ensemble que clôt un index des noms propres de quelque 800 entrées.

17En étudiant chacune une facette particulière et/ou une version régionales du mythe de l’arbre à femmes, les différentes contributions ébauchent une sorte de géographie culturelle de la concupiscence. C’est ainsi, par exemple, qu’à l’attirance non dissimulée et aux descriptions crues et impudiques, parfois même assez surprenantes, des Ottomans décrites principalement par J.-L. Bacqué-Grammont, s’opposent les visions plus angéliques, philosophiques, voire même mystiques, qu’ont les Persans des mêmes arbres et de leurs fruits merveilleux, que recensent Francis Richard et Sima Orsini-Sadjed. Pour finir, É. Marchandet, D. Bischoff et J.-C. Chabrier donnent respectivement le point de vue du sociologue, de l’ethnologue et du médecin sexo-érotologue, conférant ainsi au dossier une dimension pluridisciplinaire d’autant plus appréciable qu’elle est rare. Il n’en reste pas moins que le chantier des femmes-fruits est loin d’être clos – mais qui songerait à se plaindre du temps passé sur un tel sujet ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Digard. Bacqué-Grammont, Jean-Louis, Bernardini, Michele et Berardi, Luca (eds.), « L’arbre anthropogène du Wâqwâq, les femmes-fruits et les îles des femmes. Recherche sur un mythe à large diffusion dans le temps et dans l’espace. Naples, Università degli Studi di Napoli « L’Orientale », Dipartimento di Studi Asiatici (« Series Minor », LXXII) / Institut français d’études anatoliennes Georges Dumézil, 2007, 342 p., ill. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 30 | 2010, document 352, mis en ligne le 08 avril 2010, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/38204

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page