Navigation – Plan du site
368
Ya‘qūb Āžand

Namāyeš dar dowre-ye ṣafavī. Tehrān, Farhangestān-e honar, 1385, 253 p.

Compte-rendu réalisé par Poupak Rafii Nejad

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage est divisé en deux parties : spectacles religieux et non-religieux. Après un premier chapitre introductif sur les cérémonies de deuil (ta‘zīe), comme bases du spectacle religieux, et leurs origines historiques en Mésopotamie et Iran (périodes pré-islamique et période musulmane), l’A. essaie de démontrer la spécificité du ta‘zīe, Rowḍe-ḫvānī, et d’autres cérémonies religieuses à l’époque safavide. Selon l’A. ces spectacles ont joué un rôle important non seulement sur un plan religieux mais aussi sur le plan social, politique, et même économique. L’unité nationale (et religieuse), s’est forgée en quelque sorte dans le sens caché que ces cérémonies-spectacles religieux ont contribué à développer. Deux autres chapitres de cette première partie, expliquent les modalités et la mise en place des représentations ainsi que les rituels de la cérémonie du sacrifice animal (chameau).

2La partie réservée aux spectacles non-religieux contient des chapitres consacrés aux jeux, compétitions et spectacles des lettrés : fêtes accompagnées de musique et de danse, compétions sportives ou combats d’animaux, A celles-ci s’ajoutent les représentations et les performances des rhéteurs, poètes et naqqāls, récitant des histoires épiques, contes populaires ou poésies variées.

3Une conclusion, des références bibliographiques et quelques illustrations (en n.b) sont données à la fin de chaque partie de l’ouvrage.

4Sans l’évoquer explicitement et avec un regard très fin sur l’art du spectacle, l’A. propose une réflexion sur cette période charnière de l’histoire de l’Iran. Le rôle unificateur revient à la mort et au deuil mis en scène dans un cadre religieux, alors que cette unité ne peut préserver sa pérennité sans la composante identitaire dont les racines s’étendent à travers les diversités culturelles et cultuelles, jusqu’aux profondeurs mythologiques. Le spectacle non-religieux contribue ainsi à l’élaboration de l’identité et à la préservation de la vie sociétale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Poupak Rafii Nejad. Ya‘qūb Āžand, « Namāyeš dar dowre-ye ṣafavī. Tehrān, Farhangestān-e honar, 1385, 253 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 30 | 2010, document 368, mis en ligne le 08 avril 2010, consulté le 20 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/38227

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page