Navigation – Plan du site
16
Sims-Williams, N., Grenet, Fr. et Podushkin, A.

« Les plus anciens monuments de la langue sogdienne : les inscriptions de Kultobe au Kazakhstan ». CRAI, 2007 [2009], p. 1005, 1025-1033.

Compte-rendu réalisé par Étienne de La Vaissière

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Plus accessible que la publication préliminaire dont il avait été rendu compte dans Abs. Ir. 29, n° 62, cet article présente les plus anciens fragments d’inscriptions sogdiennes connus à ce jour dans leur contexte historique, archéologique et philologique. Découverts à Kultobe, au sud du Kazakhstan, liés à la citadelle d’une petite ville très largement détruite, ces documents montrent un processus colonial venu des villes sédentaires sogdiennes du sud dans la vallée de l’Arys, au contact direct avec les nomades durant la période dite Kangju de l’histoire de la Sogdiane (trois premiers siècles de notre ère). La langue se caractérise principalement par l’abondance des idéogrammes araméens et est effectivement plus archaïque que les anciennes lettres sogdiennes du début du IVe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne de La Vaissière. Sims-Williams, N., Grenet, Fr. et Podushkin, A., « « Les plus anciens monuments de la langue sogdienne : les inscriptions de Kultobe au Kazakhstan ». CRAI, 2007 [2009], p. 1005, 1025-1033. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 16, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39113

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page