Navigation – Plan du site
27
Leriche, Pierre et Pidaev, Chakirjan

Termez sur Oxus, Cité-capitale d’Asie Centrale. Paris, IFEAC et Maisonneuve et Larose, 163 p., 70 fig., 16 Pl.

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Entrées d’index

Rubriques :

3.1. Est de l'Iran
Haut de page

Texte intégral

1Les responsables de ce programme de fouilles conjoint franco-ouzbèke depuis 1993 proposent un petit livre offrant une synthèse des travaux anciens et récents et de leurs principaux résultats. Termez, cité de la Bactriane du nord, sur la rive droite de l’Oxus/Amu darya, a attiré très tôt les archéologues de l’époque soviétique (M. E. Masson 1936-38, L. I. Albaum dans les années 60-680 et B. Ya. Staviskij) avant d’être repris par les archéologues mentionnés pour la ville hellénistique kouchane et islamique, et par une équipe japonaise pour les monastères bouddhiques de Kara Tepe.

2L’exploration d’un site de 500 hectares ne peut être que très limitée et n’apporter que des résultats partiels. A l’heure actuelle, rien ne permet de dire que Termez soit une fondation d’Alexandre, mais plus sûrement un établissement, au moins militaire, existant sous ses successeurs, sous le nom de Tarmita, mais concurremment avec un autre site à 30 km à l’ouest, Kampyr Tepe. A cette époque, lorsque Termez est avant tout un point de passage important sous contrôle, un modeste sanctuaire est en activité à l’écart. L’époque kouchane marque l’apogée de la ville préislamique : accroissement de la population, extension de l’habitat, creusement d’un nouveau canal pour alimenter la ville, tout montre que Termez est au centre de la Bactriane septentrionale, tandis que la cité rivale (?) de Kampyr Tepe est abandonnée. À la même époque, à partir du Ier s. de notre ère, la pénétration du bouddhisme entraîne la construction de plusieurs monastères, qui datent principalement du IIe au IVe s. de notre ère.

3Aux VIIIe-IXe s., la ville, son šahrestān, puissamment fortifié, et son rabat (faubourg) se développent, sans toutefois que Termez soit le centre de la vie politique et économique de la région. Les données textuelles, surtout pour le IXe s., sont peu loquaces, tandis que les fouilles révèlent peu à peu les principaux monuments et lieux publics de la ville entre le IXe et les XIe s. : mosquées, peut-être un édifice chrétien, maisons, bazars et ateliers. La production de céramique, de verre et d’objets en métal est importante faisant la réputation de Termez par ailleurs active dans le commerce. Maltraitée par les Mongols, Termez se relève au XIVe s. redevenue une grande ville avec ses marchés et ses jardins (Ibn Battouta), respectée par Tamerlan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Leriche, Pierre et Pidaev, Chakirjan, « Termez sur Oxus, Cité-capitale d’Asie Centrale. Paris, IFEAC et Maisonneuve et Larose, 163 p., 70 fig., 16 Pl. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 27, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39143

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page