Navigation – Plan du site
117
‘Aṭā‘ullāh], Raḥmatī B. ‘Aṭā’ollāh [Raḥmatī Ibn

Kanz al-Ektesāb : dar fann-e mohrkonī va honar-hā-ye vābaste / Kanz al-Ektesāb: A Treatise in verse on Seal and Seal Engraving. Éd. / introd. ‘Āref Nowšāhī [Arif Nawshahi], en collaboration avec Aqṣà Azvar [Aqsa Azwar] ; sous la dir. de Nāder Moṭṭalebī-Kāšānī [Nader Mottalebi-Kashani], Ḍamīme-ye Nāme-ye Bahārestān, 1 [Supplément de Nāmeh-ye Bahārestān, 1], Tehrān, Ketābḫāne-ye Mellī-ye Īrān, 1387/2008, 72 p. + 4 p. non numérotées, index, 2 illustrations.

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Rubriques :

4.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1Édition critique, par un spécialiste renommé, d’un traité (resāle) consacré à l’art de la fabrication des sceaux (mohr-konī), découvert en 2002 dans la bibliothèque de l’Université de Punjab à Lahore. De deux seuls manuscrits aujourd’hui connus et conservés dans cette bibliothèque, le manuscrit n° 9026 (non daté mais complet) a servi de copie principale pour cette édition, et le n° 5291/2284 (incomplet, datable avant ou en 1113/1701-2) – la copie secondaire (cf. Introduction, p. 20).

2Le texte a été composé en vers en 1057/1647, probablement dans les cercles de la cour de Šāh Jahān, par un graveur de sceaux professionnel connu sous son taḫalloṣ de « Raḥmatī ». L’A., par ailleurs non identifié plus précisément, était issu d’une famille de calligraphes et graveurs des sceaux (selon les informations contenues dans le poème, son père exerçait le même métier). L’ouvrage, composé de 496 distiques dans plusieurs mètres différents, a été conçu pour servir de manuel de la gravure sur sceaux. Indépendamment de sa valeur littéraire, dont nous n’avons pas compétence pour discuter ici, l’ouvrage constitue pour l’historien une source d’information d’une très grande richesse sur cet art particulier, art que Raḥmatī présente comme d’utilité essentielle pour l’exercice de la royauté. Le traité livre de nombreuses données sur la formation d’un artisan-graveur, dont l’habileté doit s’exercer dans cinq domaines artistiques : la calligraphie (l’art pré-requis par excellence avant d’aborder les autres), mais aussi le dessin, la composition poétique, l’orfèvrerie et la sculpture. L’ouvrage décrit également les instruments et la technique même de la gravure, et contient par ce fait un riche vocabulaire technique et la terminologie spécialisée en usage à l’époque. Par ailleurs, étant fortement ancré dans les réalités de son auteur, le texte mentionne les noms et des éléments des biographies de célèbres graveurs des sceaux, dont on peut restituer parfois les lignées familiales ou / et les ateliers d’artisanat. L’édition du texte est suivie de deux appendices (peyvast) ajoutés par l’éditeur, particulièrement bienvenus : liste des noms de graveurs indo-persans des XVIe-XIXe siècles (p. 57-59), et bibliographie (non exhaustive) des travaux modernes en persan et en ourdou consacrés à la sigillographie (p. 61-63).

3L’ouvrage constitue une source historique originale tout à fait inattendue mais d’une grande valeur. Il pourra être certainement exploité avec grand profit non seulement pour alimenter les recherches sur l’histoire sociale et culturelle, mais aussi pour les études de sigillographie islamique, notamment persane, pour laquelle on note actuellement un réveil d’intérêt significatif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. ‘Aṭā‘ullāh], Raḥmatī B. ‘Aṭā’ollāh [Raḥmatī Ibn, « Kanz al-Ektesāb : dar fann-e mohrkonī va honar-hā-ye vābaste / Kanz al-Ektesāb: A Treatise in verse on Seal and Seal Engraving. Éd. / introd. ‘Āref Nowšāhī [Arif Nawshahi], en collaboration avec Aqṣà Azvar [Aqsa Azwar] ; sous la dir. de Nāder Moṭṭalebī-Kāšānī [Nader Mottalebi-Kashani], Ḍamīme-ye Nāme-ye Bahārestān, 1 [Supplément de Nāmeh-ye Bahārestān, 1], Tehrān, Ketābḫāne-ye Mellī-ye Īrān, 1387/2008, 72 p. + 4 p. non numérotées, index, 2 illustrations. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 117, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39277

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page