Navigation – Plan du site
118
Voṯūqī, Moḥammad Bāqer

Tārīḫ-e Ḫalīj-e Fārs va mamālek-e hamjavār. Tehrān, Sāzmān-e moṭāle‘e va tadvīn-e kotob-e ‘olūm-e ensānī-e dānešgāh-hā (SMT), 1384/2006, 591 p.

Compte-rendu réalisé par Asyeh Ghafourian

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1M. B. Voṯūqī, historien et spécialiste de l’histoire du golfe Persique, enseigne à l’Université de Téhéran. Toutefois, comme il le signale lui-même, son livre s’adresse plutôt aux étudiants en histoire qu’aux spécialistes. Dans cet ouvrage qui traite une période historique très large, qui va de l’antiquité aux Pahlavis, ce sont les chapitres concernant les relations iraniennes avec les voisins et les puissances étrangères de la région qui retiendront notre attention.

2Le livre contient 17 chapitres, dont les premiers rappellent des généralités et ne contiennent que des informations laconiques. C’est au chapitre 10 que sont traitées l’arrivée des Portugais dans le golfe Persique et une tentative d’explications à la défaite des forces militaires iraniennes face aux attaques portugaises. L’A. conclut que le manque de force maritime et l’absence de navires de guerre, ont favorisé la vulnérabilité de l’Iran et l’ont laissé sans défense face aux attaques de la marine portugaise.

3Le déplacement du port d’attache de Hormoz, centre des échanges commerciaux vers Bandar ‘Abbās au XVIIe s., est analysé par l’auteur. Ce dernier pense que ce choix n’étant pas prémédité, implique de nombreuses incohérences. Entre autres, ce port éloigne l’Iran des régions sud du golfe Persique et leurs relations en sont affectées. D’après l’A., la perte du pouvoir central et une politique mal menée contre les tribus arabes du sud entraîneront la dynastie Safavide vers son déclin.

4Le choix de Bandar ‘Abbās comme port de commerce et d’échanges, incitent à l’établissement de nombreux bureaux de commerce et de consulats. Des routes sont construites pour le transport des produits vers l’intérieur du pays et notamment dans des villes comme Chiraz et Ispahan. Cependant, à la fin du XVIIIe s. Bandar ‘Abbās connaît un déclin et cède sa place à Bandar Būšehr. Désormais, c’est dans ce port où vont s’installer les entreprises commerciales et les consulats et où les activités économiques et politiques vont changer l’image de la région. Ce n’est pas pour autant que les conflits tribaux et les luttes de pouvoir s’estompent, au contraire les puissances étrangères telles les Anglais cherchent parmi les tribus des alliés contre le gouvernement central iranien. Ainsi, les intérêts économiques laissent place aux intérêts politiques anglais dans la région du golfe Persique. Les Anglais ont la mainmise sur la circulation maritime et toute infraction est décrite comme acte de piraterie et passible de sanctions.

5Pour conclure, vers la fin de la période qajare, 98% du transport maritime est anglais et 80% des importations sont également des produits anglais. L’arrivée de Reḍā Pahlavī change considérablement les relations iraniennes avec les pays européens notamment avec la Grande-Bretagne, dans le golfe Persique. D’autant plus que la police du Sud met fin à ses activités vers 1921 et de ce fait la Grande-Bretagne perd ses moyens de pression dans la région. Mais la découverte de gisements du pétrole dans la région, ne laissera aucune puissance européenne et bientôt américaine indifférente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Asyeh Ghafourian. Voṯūqī, Moḥammad Bāqer, « Tārīḫ-e Ḫalīj-e Fārs va mamālek-e hamjavār. Tehrān, Sāzmān-e moṭāle‘e va tadvīn-e kotob-e ‘olūm-e ensānī-e dānešgāh-hā (SMT), 1384/2006, 591 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 118, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39278

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page