Navigation – Plan du site
128
Durand-Guédy, D.

« Diplomatic practice in Salğūq Iran. A preliminary study based on nine letters about Saladin’s campaign in Mesopotamia », in : D. Aigle, P. Buresi, dir., Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin (XIIe-XVIe siècle). Vol. spécial d’Oriente moderno, vol. 88/2, 2008, p. 271-296 [numéro thématique].

Compte-rendu réalisé par Camille Rhoné

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

D. Aigle, P. Buresi
Haut de page

Texte intégral

1D. Durand-Guédy appuie son étude des pratiques diplomatiques de l’époque seldjoukide sur neuf lettres écrites par l’Atabeg d’Azerbaïdjan Pahlawān b. Eldigüz (570-581/1175-1186) à son frère Qizil Arslān. Ces lettres ont été conservées dans le recueil d’inšā’ (documents servant de modèles pour la chancellerie) intitulé Muštārāt min al-rasā’il, découvert dans les années 1976-1977. Ces lettres mentionnent les campagnes lancées par Saladin en Mésopotamie pour reprendre Mossoul aux Zengides, en 578/1182.

2La première partie de l’article consiste en une étude du contenu historique de chacun de ces documents : hypothèse de datation, reconstitution de l’ordre chronologique des lettres permettent ainsi de reconstituer les réactions successives de Pahlawān face à cette attaque ayyoubide. Pahlawān, qui considérait initialement l’expédition de Saladin comme une menace, y voit ensuite un moyen d’imposer sa propre autorité dans la région, au détriment des Zengides (p. 277). Ces inšā’ nous renseignent aussi sur le fonctionnement de la diarchie associant l’autorité légitime du sultan seldjoukide et celle des Atabegs : Pahlawān s’impose clairement à son frère comme le chef de la famille eldigüzide et entend contrôler la diplomatie de l’État seldjoukide (p. 279).

3La deuxième partie évoque l’apport documentaire de ces sources sur la composition et la distribution des lettres diplomatiques. L’A. affirme le rôle exemplaire de ces lettres introduites dans les recueils d’inšā’, et s’attarde ainsi sur l’identité des auteurs des lettres, les normes d’écriture, notamment pour les du‘ā (introductions), la proportion de mots arabes (à travers d’utiles tableaux, p. 285).

4Le troisième point de l’article est consacré à la distribution des lettres et à leur caractère hasardeux en l’absence, à cette date, de système postal. D. Durand-Guédy insiste sur le rôle du messager, les lettres étant souvent réduites à un élément du protocole, tandis que le message le plus important était transmis oralement. Sont ensuite fournies, en annexes, les traductions de quatre de ces lettres, ainsi que des détails sur la méthode adoptée par D. Durand-Guédy pour calculer la proportion de mots arabes dans les textes persans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Rhoné. Durand-Guédy, D., « « Diplomatic practice in Salğūq Iran. A preliminary study based on nine letters about Saladin’s campaign in Mesopotamia », in : D. Aigle, P. Buresi, dir., Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin (XIIe-XVIe siècle). Vol. spécial d’Oriente moderno, vol. 88/2, 2008, p. 271-296 [numéro thématique]. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 128, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39290

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page