Navigation – Plan du site
141
Tanase, Thomas

« Une lettre en latin inédite de l’Ilkhan Abaqa au pape Nicolas III : croisade ou mission ? », in : D. Aigle, P. Buresi, dir.,Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin (XIIe-XVIe siècle). Vol. spécial d’Oriente Moderno, vol. 88/2, 2008, p. 333-347 [numéro thématique].

Compte-rendu réalisé par Florent Souris

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

D. Aigle, P. Buresi
Haut de page

Texte intégral

1L’A., par la découverte de nouveaux documents sur la correspondance diplomatique entre les Ilkhans et la papauté, parvient à expliquer l’inefficacité dans la constitution d’une alliance entre ces deux puissances. Son article se divise en deux parties, l’une présente la lettre de l’Ilkhan Abaqa dans le contexte des échanges entre papauté et Mongols de Perse, l’autre cherche, par le biais de cette missive, à comprendre l’échec de l’établissement d’une alliance. Th. Tanase s’intéresse en premier lieu à la datation de cette missive. Grâce à une démonstration convaincante sur les raisons de l’insertion de cette lettre dans un évangéliaire conservé dans le fonds Barberini des archives vaticanes, il propose l’année 1279. Elle aurait été écrite à la suite de recherches d’alliances des Ilkhans avec la papauté qui n’aboutissaient pas. Par la suite, l’A. s’interroge sur les courts textes sur les Mongols qui ont été rédigés dans l’évangéliaire qui conservait ladite missive. Ceux-ci ne sont présents que pour leur dimension eschatologique et traduisent le rêve de la papauté de convertir « ce peuple apocalyptique ». La lettre d’Abaqa est rédigée dans un latin difficilement accessible. L’A. suppose qu’elle a été écrite par l’une des personnes qu’il qualifie : « gens d’aventures » et qui étaient nombreux au sein du khanat de Perse. Elle fut sans doute rédigée en langue mongole à la cour d’Abaqa puis traduite en latin. Cette lettre reprend les idées émises depuis le temps de Hülegü, c’est-à-dire une alliance et la restitution de Jérusalem. Cette missive caractérise parfaitement, comme celles échangées entre Nicolas IV et Arġun, les malentendus entre les souverains pontifes et les Ilkhans. La demande d’action militaire commune répondait à une proposition de conversion. Th. Tanase suggère de voir dans cette volonté d’alliance, un moyen de maintenir la pression sur les Mamelouks d’Égypte en proposant d’ouvrir un nouveau front. Mais, cette pression continue sur les Mamelouks eut pour résultat l’élimination définitive des États croisés de Terre Sainte avec la chute de Saint-Jean d’Acre, le 18 mai 1291.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent Souris. Tanase, Thomas, « « Une lettre en latin inédite de l’Ilkhan Abaqa au pape Nicolas III : croisade ou mission ? », in : D. Aigle, P. Buresi, dir.,Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin (XIIe-XVIe siècle). Vol. spécial d’Oriente Moderno, vol. 88/2, 2008, p. 333-347 [numéro thématique]. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 141, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39349

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page