Navigation – Plan du site
149
Galetti, Mirella

« Ufficiali, medici e funzionari italiani tra Impero Ottomano e Persia », in : Mirella Galetti, ed., Medici, Missionari, Musicisti e militari italiani attivi in Persia, Impero ottomano ed Egitto. Quaderni di Oriente Moderno, LXXXVIII/6, 2008, p. 110-133.

Compte-rendu réalisé par Florence Hellot

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Mirella Galetti
Haut de page

Texte intégral

1La lecture du titre de l’article laisse pressentir une série de tableaux rassemblant des informations sur les médecins, les missionnaires, les musiciens et les militaires italiens en Perse et dans l’Empire ottoman. L’époque qui encadre les déplacements de ces Italiens est précisée au début de l’article : elle débute au milieu du XIXe s. comme nous l’apprend l’article, c’est-à-dire après les révolutions de 1848-1849, au moment où se pose avec acuité la Question d’Orient dont la Guerre de Crimée est une des manifestations.

2En fait trois personnages principaux retiennent l’attention : Alessandro de Bianchi, Gennaro Simini et Carlo Chiari. Alessandro de Bianchi (1831-1884) participe à la Guerre de Crimée du côté ottoman, puis à la campagne qui conduit les Italiens à repousser les Autrichiens d’Italie. Il publie Viaggi in Armenia, Kurdistan e Lazistan, à Milan en 1863, ouvrage que M. Galletti compare à celui de Pietro Della Valle paru en 1667, et qui aurait pu être comparé à tant d’autres ouvrages encore. Son ouvrage évoque, entre autres, la pénétration russe au Moyen-Orient et les persécutions contre les Yézidis ; il semble essentiel pour saisir les lignes de force qui traversent cette région dans la seconde moitié du XIXe siècle. Gennari Simini (1812-1880) est, lui, médecin à Scutari en Albanie d’où il écrit à Giuseppe Mazzini ; il est l’auteur de Gennaro Simini e i moti del 1848 nel regno delle due Sicilie. Quant à Carlo Chiari (1874-1958) il a publié ses Mémoires en 1946, Notti persiane. Mezzo secolo di vita sugli altopiani dell’Iran, à Rome en 1946.Il a été lazariste à Ourmieh, en Perse, avant d’y épouser une chrétienne chaldéenne et de travailler au sein des douanes de Perse, gérées au début du XXe s. par les Belges. Il correspond avec la légation italienne à Téhéran et avec le consul français de Tabriz Alphonse Nicolas, puis il est nommé à Senneh/Sanandaj ; il a donc l’occasion de côtoyer les autres fonctionnaires des douanes, de croiser les membres de la commission de délimitation de la frontière turco-persane, de parcourir les montagnes kurdes, d’y observer les manifestations des mouvements nationalistes kurdes et assyriens, avant d’être déclaré persona non grata en Perse en 1918. On le retrouve ensuite en Irak. Ce personnage entreprenant a écrit de très vivantes mémoires, dont il faut parfois rectifier les dates et les détails.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Hellot. Galetti, Mirella, « « Ufficiali, medici e funzionari italiani tra Impero Ottomano e Persia », in : Mirella Galetti, ed., Medici, Missionari, Musicisti e militari italiani attivi in Persia, Impero ottomano ed Egitto. Quaderni di Oriente Moderno, LXXXVIII/6, 2008, p. 110-133. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 149, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39388

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page