Navigation – Plan du site
156
Mitchell, Colin P.

« Provincial chancelleries and local lines of authority in sixteenth-century Safavid Iran », in : Denise Aigle, Pascal Buresi, dir., Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin (XIIe-XVIe siècle).Vol. spécial d’Oriente Moderno, 88/2, 2008, p. 483-507.

Compte-rendu réalisé par Jean Calmard

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Denise Aigle, Pascal Buresi
Haut de page

Texte intégral

1C. P. Mitchell continue ici sa mise à contribution de documents de chancellerie (enšā’) pour étudier l’histoire politique et socio-religieuse de l’Iran timouride et safavide, depuis sa thèse (Université de Toronto, 2002), suivie d’articles (voir Abs. Ir. 25 [2002], n° 165, 26 ; Abs. Ir. [2003], n° 201 ; Abs. Ir. 29 [2006], n° 201). Le présent article concerne certaines chancelleries provinciales et les relations locales avec le pouvoir central, essentiellement sous le règne de Šāh Ṭahmāsp (1524-1576). Dans le contexte particulièrement complexe de ces relations, il se propose aussi d’explorer les limites de l’application du système wébérien de pouvoir patrimonial. Outre les chroniques persanes et les travaux, jusqu’aux plus récents, il utilise des collections d’enšā’ safavides et un important recueil de correspondances (maktūbāt-e tārīḫī) publié par M. Sefatgol et N. Kondo en 2006 (voir n. 39).

2L’accent est mis tout d’abord sur la carrière de Bahrām Mīrzā, frère de Ṭahmāsp, en tant que gouverneur (Herāt, Lāhījān, Hamadān). L’influence de la confrérie Ne‘matollāhiyya est ici illustrée par le leadership exercé par Šāh Valī Ne‘matollāh. Lié par mariage aux Safavides, il est très influent à Yazd (en tant que gouverneur et naqīb al-noqabā), ainsi qu’à Taft et Māhān (p. 494s.). Mais c’est surtout l’influence politique de l’Émir qezelbāš Ebrāhīm Ḫān Ḏu’l-Qadr, gouverneur de Shirāz (1541-1555) qui est ici mise en exergue, notamment par la réception somptueuse qu’il accorda à Ṭahmāsp à Ujān (p. 487). Liés par des intérêts communs, ces personnages combinent leurs efforts dans des moments cruciaux. Après que le prince rebelle Alqāṣ Mīrzā (frère de Ṭahmāsp) eut été vaincu par la coalition de Bahrām Mīrzā et Ebrāhīm Ḫān, c’est Šāh Valī qui alla plaider la cause d’Alqāṣ auprès de Ṭahmāsp (p. 495, 503).

3L’application de la méthode de recherche de l’A. est ici très efficace et, dans cet important article, on relève peu d’erreurs si ce n’est dans des noms propres : « Du al-Qadar » (pour Ḏu’l-Qadr) ; « Miyāndavāb » (p. 489, pour Miyāndoāb) ; la nesbat « Juharami » (p. 501, pour Jahromi).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Calmard. Mitchell, Colin P., « « Provincial chancelleries and local lines of authority in sixteenth-century Safavid Iran », in : Denise Aigle, Pascal Buresi, dir., Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin (XIIe-XVIe siècle).Vol. spécial d’Oriente Moderno, 88/2, 2008, p. 483-507. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 156, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39398

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page