Navigation – Plan du site
183
Green, Nile

« Tribe, Diaspora and Sainthood in Afghan History ». Journal of Asian Studies, 67/1, 2008, p. 171-211.

Compte-rendu réalisé par Corinne Lefèvre

Texte intégral

1Cet article s’attache à démontrer le caractère historiquement construit de l’appartenance tribale comme fondement de l’identité des Afghans pachtouns. Pour ce faire, l’A. revisite les formulations de l’identité afghane qui se sont succédées entre le XVe et le XVIIIe siècles à la lumière de l’expérience diasporique des Afghans et de leur exposition aux différentes formes (culturelles, religieuses et politiques) du cosmopolitisme urbain du monde indien. Significativement, c’est en effet dans le sous-continent – terre traditionnelle d’émigration afghane et, à partir du XVe s., de formations politiques indo-afghanes à la longévité et aux dimensions variables – qu’apparurent au XVIIe s. les premiers textes proposant une histoire ordonnée et systématique des Afghans. En préambule à l’étude de l’identité historique afghane proposée par ces textes, l’A. revient sur la première période de domination afghane en Inde sous les dynasties lodī (1451-1526) et sūr (1540-1556) et montre que l’horizon de leurs élites, loin de se limiter à celui de leur tribu d’appartenance, se confondait avec celui de l’environnement cosmopolite indien dans lequel ils évoluaient – un phénomène visible à travers leur patronage de nombreux soufis non-afghans mais aussi de la littérature persane, sanskrite et hindavi (p. 175-183).

2La rupture intervint avec la conquête moghole de l’Inde et l’élimination des poches de résistance afghane au cours du second XVIe s. : vécue comme une nouvelle perte du territoire après la perte originelle liée à la migration, c’est la défaite politique des Afghans (et leur réintégration dans l’échiquier politique en position subordonnée) qui, selon l’A., déclencha le processus de redéfinition identitaire au début du XVIIe siècle. Composée à la demande de Ḫān Jahān Lodī, un éminent amīr afghan au service de l’empereur Jahāngīr (r. 1605-1627), la Tārīḫ-i Ḫān Jahānī wa maḫzan-i afġānī (1613) constitue l’Urtext de cette nouvelle identité et par conséquent la source principale (mais non la seule) de l’analyse qu’en propose le cœur de l’article (p. 183-197). Cette nouvelle « afghanité » procéda essentiellement d’un repli sur un localisme tribal défini en opposition et en réaction à l’universalisme impérial qu’incarnaient désormais les Moghols. La Tārīḫ-i Ḫān Jahānī fait ainsi de la tribu (ṭāʾifat) le pivot de l’identité des Afghans notamment en accordant une place centrale au récit de leur ethnogenèse et en proposant une vaste hagiographie de leurs saints organisée suivant une logique d’affiliation tribale plutôt que spirituelle. En d’autres termes, l’histoire et la sainteté sont ici dépouillées de leur dimension supra-locale, voire panislamique, et mises au service de la tribalisation de l’identité afghane.

3Après un bref excursus sur l’adhésion d’un nombre croissant d’Afghans à la Naqšbandiyya-Mujaddidiyya à partir du milieu du XVIIe s. montrant, à l’instar de la poursuite de leur participation à l’imperium moghol, le maintien parallèle d’affiliations supra-tribales (p. 197-200), l’A. se penche sur la formidable postérité des formulations de la Tārīḫ-i Ḫān Jahānī dans les États indo-afghans du XVIIIe s. et conclut sur la tribalisation de la langue (promotion du pashto) qui, à partir des années 1750, vint parachever la redéfinition de l’« afghanité » commencée plus d’un siècle auparavant (p. 200-205).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Lefèvre. Green, Nile, « « Tribe, Diaspora and Sainthood in Afghan History ». Journal of Asian Studies, 67/1, 2008, p. 171-211. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 183, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39607

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page