Navigation – Plan du site
197
É. de La Vaissiere

« Le Ribāṭ d’Asie centrale », in : É. de La Vaissière, éd., Islamisation de l’Asie centrale. Processus locaux d’acculturation du VIIe au XIe siècle. Paris, 2008, p. 71-94. (Studia Iranica, Cahier 39)

Compte-rendu réalisé par Frantz Grenet

Entrées d’index

Rubriques :

5.3. Asie centrale
Haut de page

Texte intégral

1Les « 1000 ribāṭ » de Paykend mentionnés par Narshakhī, de même que les « 2700 ribāṭ » d’Isfijāb mentionnés par Muqaddassī, sont à entendre au sens de « logements individuels dans les ribāṭ », ce qui, au moins à Paykend, correspond à la réalité archéologique (une trentaine de ces structures restent visibles aujourd’hui à l’extérieur du rempart). L’institution, dont la diffusion à partir de l’Asie centrale doit être attribuée à une politique consciente des Abbassides, a des racines plus complexes qu’on ne l’avait jusqu’alors admis, même si l’évolution générale du fortin frontalier au caravansérail apparaît nette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Grenet. É. de La Vaissiere, « « Le Ribāṭ d’Asie centrale », in : É. de La Vaissière, éd., Islamisation de l’Asie centrale. Processus locaux d’acculturation du VIIe au XIe siècle. Paris, 2008, p. 71-94. (Studia Iranica, Cahier 39) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 197, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39632

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page