Navigation – Plan du site
200
Kellens, Jean

« Les cosmogonies iraniennes entre héritage et innovation », in : Brigitte Huber, Marianne Volkart, Paul Widmer, hrsg., Chomolangma, Demawend und Kasbek. Festschrift für Roland Bielmeier zu seinem 65. Geburtstag. Band I : Chomolangma ; Band II : Demawend und Kasbek. Halle (Saale), IITBS. International Institute for Tibetan and Buddhist Studies GmbH, 2008, p. 505-511.

Compte-rendu réalisé par Mihaela Timus

Entrées d’index

Rubriques :

6.1. Zoroastrisme
Haut de page

Texte intégral

1En désaccord avec les vues récentes de Calvert Watkins sur les « catalogues des créations » iraniens, qualifiés par celui-ci comme un héritage « hiératique indo-iranien », l’A. met l’accent, au contraire, sur les innovations conceptuelles avestiques et sur les conséquences, au niveau de la doctrine, dues à la diversité terminologique. Le terrain commun d’enquête échelonné chronologiquement se borne aux inscriptions achéménides (DNa 1), aux Gāthās (Y. 44. 3-7) et à l’Avesta récent (Y. 37, le catalogue haptahâtique). Il affirme que si le « catalogue cosmogonique » (formule préférée à celle de Watkins) ne comporte que trois positions (ciel, terre, homme), alors que le gâthique est septénaire : selon le schéma avestique, les eaux et les plantes, antérieures à la terre, et la vache, sise en position initiale, tiennent la place d’innovations. Si les Gāthās se plaisent à associer l’engendrement des éléments avec le panthéon, les inscriptions achéménides mettent le roi à la suite de la progression cosmogonique comme aboutissement, ce qui est à la fois l’héritage d’une ancienne conception et le début d’une propagande politique. Il est bien connu que l’A. cherche depuis des années à approfondir et à instrumentaliser les catégories grammaticales, afin d’y puiser la spécificité de la conception religieuse en phase avestique. La diversité des formules pour nommer l’acte créateur (« créer », dā- + 2 acc. en zeugma; « façonner », taš- ; « donner à quelqu’un telle qualité », kar- + double acc.), ainsi que le rare usage du verbe dā- suivi d’un seul accusatif, renvoient davantage à la conception d’un ordonnancement général, anticipé déjà par l’usage vieux-perse d’oppositions démonstratives (imām būmīm – avam asmānam, ici la terre, là le ciel), plutôt qu’à celle d’une creatio ex nihilo, à juste titre qualifiée d’anachronique. Qui plus est, c’est là un argument supplémentaire au scepticisme jadis exprimé par l’A. (1989) quant au caractère « créateur » d’Ahura Mazdā.

2L’A. clôture son exposé en rendant justice aux conclusions de Stéphanie Jamison, selon laquelle « les poètes avestiques avaient renoncé à chanter les exploits passés des dieux ».

Brigitte Huber

Marianne Volkart

Paul Widmer

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mihaela Timus. Kellens, Jean, « « Les cosmogonies iraniennes entre héritage et innovation », in : Brigitte Huber, Marianne Volkart, Paul Widmer, hrsg., Chomolangma, Demawend und Kasbek. Festschrift für Roland Bielmeier zu seinem 65. Geburtstag. Band I : Chomolangma ; Band II : Demawend und Kasbek. Halle (Saale), IITBS. International Institute for Tibetan and Buddhist Studies GmbH, 2008, p. 505-511. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 200, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 23 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39638

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page