Navigation – Plan du site
232
Chabbi, Jacqueline

Le Coran décrypté. Figures bibliques en Arabie. Paris, Fayard, 2008, 415 p. (Bibliothèque de culture religieuse)

Compte-rendu réalisé par Ève Feuillebois-Piérunek

Entrées d’index

Rubriques :

7. Islam
Haut de page

Texte intégral

1Historienne et arabisante, l’A. a souhaité lire le Coran d’un point de vue anthropologique et historique, ce qui l’a amenée à développer nombre d’hypothèses stimulantes. Elle montre comment les récits bibliques se sont adaptés au contexte de l’Arabie désertique du premier siècle de l’islam, et comment les figures de Noé, Moïse, Abraham se sont reconfigurées de façon inattendue pour faire écho à l’itinéraire tourmenté du prophète Mohammad.

2Elle reconstitue le contexte afin d’interpréter correctement ce qui est transmis des débuts de l’islam (« dire le passé par le passé, et non par le futur ») et dévoile quelques-unes des surprises que l’on peut connaître lorsque l’on lit le Coran dans son texte, en oubliant les apports de la tradition musulmane postérieure : ainsi, Ismaïl s’y révèle une figure mineure, et l’archange Gabriel brille par son absence dans les sourates mekkoises, où il est remplacé par une vision djinnique.

3Il ressort de l’examen de la période mekkoise du Coran que Mohammad, confronté à la difficulté de convaincre les Mekkois, a recouru à deux moyens principaux : d’une part, l’exemplarité d’une situation locale (peuples arabes disparus, peuples autrefois prospères ayant périclité : tribus ‘Ad et Thamûd, royaume de Saba), d’autre part, l’exemple de modèles extérieurs, tels que des figures bibliques se trouvant dans une situation analogue à celle de Mohammad, « avertisseurs » dont la parole a été déniée par leurs peuples pour leur malheur (Moïse, Noé, Loth). Par exemple, Mohammad se sert de la figure d’Abraham pour faire accepter une eschatologie surprenante pour ses contemporains (enfer et paradis, résurrection des corps), et pour justifier sa lutte contre les « divinités protectrices » des tribus nomades locales (Abraham contre les idoles).

4Le contexte médinois est, quant à lui, marqué par les conflits avec le judaïsme et par des « relectures coraniques » qui mènent à des innovations radicales : abrahamisation du site cultuel mekkois et statut de musulman avant l’heure d’Abraham. Face à ce qu’il considère comme une trahison de la part de la communauté juive locale (elle est censée connaître la vérité, mais la déforme en s’opposant au prophète), Mohammad se met à proclamer la « défaveur » de Dieu envers ses anciens élus devenus prophéticides. Quant aux musulmans, ils deviennent « fils d’Abraham par Ismaïl » pour se positionner face aux juifs, « descendants d’Abraham par Isaac et Jacob ». Par ailleurs, le Coran attribue brusquement à Abraham la fondation de la Ka‘be [Ka‘ba] et la conservation de la religion pure dont Mohammad est le seul héritier légitime, alors que les autres héritiers (alias les juifs médinois) sont « délégitimés » pour avoir fauté contre leur Dieu.

5Cette reconstruction courageuse et passionnante soulèvera certainement bien des débats au sein de la communauté scientifique et chez les musulmans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Feuillebois-Piérunek. Chabbi, Jacqueline, « Le Coran décrypté. Figures bibliques en Arabie. Paris, Fayard, 2008, 415 p. (Bibliothèque de culture religieuse) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 232, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39698

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page