Navigation – Plan du site
243
Lewisohn, L.

« Sufism and Theology in the Confessions of Ṣâ’in al-Dîn Turka Iṣfahânî (d. 830/1437) », in : A. Shihadeh, ed., Sufism and Theology. Edinburgh University Press, 2007, p. 63-82.

Compte-rendu réalisé par Mojan Membrado

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article de 15 pages (+4 pages de Bibliographie) l’A. présente un aperçu sur la pensée de Ṣā’en al-Dīn Torke Eṣfahānī (761/1360-830/1437). Ce penseur iranien de l’époque timuride, victime de la vague anti-ésotérique qui suivit l’assassinat manqué de Šāhroḫ (r. 1408-1447) en 830/1426-47, fut accusé à tort de ḥurūfisme en l’absence de toute preuve sur son rapport avec ce mouvement. Il exerçait le métier de juriste-théologien et dans ses écrits, il fusionnait la pensée d’Ibn al-‘Arabī et celle de Sohravardī. Il s’intéressait aux sciences occultes, notamment la numérologie (jafr) et la science des lettres (‘elm-e ḥorūf). D’obédience shafei’ite, Ṣ. Torke Eṣfahānī fut également un soufi : affilié auprès du maître Naqšbandī, Moḥammad Pārsā (m. 822/1419), il était aussi en rapport avec Šāh Ne‘matollāh Valī Kermānī (m. 834/1431) (pour les références voir les notes 8 et 38 de l’article).

2Dans cet article, l’A. examine quatre traités de Ṣā’en al-Dīn à partir de l’édition de S. A. M. Behbahānī et S. I. Dībājī (éds.), Čāhārdah resāle-ye fārsī-e Ṣā’en al-Din … Torke Eṣfahānī, Tehrān, Čāpḫāne Ferdowsī, 1972.

3Dans la première partie de l’article, à travers des extraits de Nafṯat al-maṣdūr-e avval et Nafṯat al-maṣdūr-e dovvom ainsi que le Resāle-ye E‘teqādāt (Traité sur les croyances religieuses), l’A. indique comment Ṣ. Torke Eṣfahānī défendait les principes soufis en démontrant leur compatibilité avec « l’orthodoxie » sunnite.

4Si Corbin (Histoire de la philosophie islamique, Paris, Gallimard 1964, p. 63) considère Ṣ. Torke Eṣfahānī comme un penseur shi’ite, c’est probablement parce que les textes mystiques de Ṣā’en al-Dīn publiés en 1972 (qui contiennent son affirmation à l’obédience sunnite) n’étaient pas encore publiés (voir ces textes dans l’édition de Behbahānī et Dībājī). L’A. relève à ce propos, d’autres faits et citations erronés dans sa note 23.

5Dans la seconde partie, les extraits du traité « La division de la lune en deux et l’avènement de l’heure finale » (Resāle-ye Šaqq al-qamar va-sā‘at), traduits par l’A., présentent la vision de Ṣā’en al-Dīn Torke Eṣfahānī sur la relation entre le soufisme et la théologie. A travers un découpage de la communauté musulmane en sept groupes, l’A. explique les étapes et les degrés de la connaissance ésotérique. Les théologiens, dans cette classification, sont situés au second rang et les soufis au cinquième dans l’ordre ascendant de la compréhension ésotérique.

6Torke Eṣfahānī a rédigé une trentaine de traités en persan et en arabe, néanmoins aucune de ses œuvres n’a encore été traduite dans une langue occidentale. M. T. Bahār (Malek al-Šo‘arā’), dans son Sabk-šenāsī, Téhéran, s.d., p. 203-238, commente le style de Ṣā’en al-Dīn Eṣfahānī qu’il qualifie de fluide et épuré.

7Cet article permet donc aux lecteurs occidentaux de prendre connaissance d’un penseur méconnu tout en rectifiant des appréciations erronées qui avaient cours à son sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mojan Membrado. Lewisohn, L., « « Sufism and Theology in the Confessions of Ṣâ’in al-Dîn Turka Iṣfahânî (d. 830/1437) », in : A. Shihadeh, ed., Sufism and Theology. Edinburgh University Press, 2007, p. 63-82. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 243, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 23 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39719

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page