Navigation – Plan du site
274
Dehlavī, Bīdel

Āvāz-hā-ye Bīdel, Naṯr-e adabī (roqa‘āt, nekāt, ešārāt, čahār ‘onṣor). Édité par Akbar Behdārvand, Tehrān, Mo’assese-ye Entešārāt-e Negāh, 1386/2007, 672 p.

Compte-rendu réalisé par Anna Livia Beelaert

Texte intégral

1Quoique Bīdel soit surtout connu comme poète, il fut aussi un prosateur d’une grande originalité. Il nous a laissé une collection de lettres – genre littéraire important dans la littérature persane – et deux autres œuvres en prose, ou mieux, en prosimètre, puisque là aussi la poésie joue un rôle essentiel. Behdārvand les offre ici au lecteur, mais dans une édition non-critique, sans aucune variante ou note, et sans introduction ou index. A.B. ne mentionne même pas sur quel(s) manuscrit(s) ou édition il a basé celle-ci, mais on peut suppposer qu’il doit s’agir de la même édition lithographe de Bombay et de l’édition de Ḫalīlī qu’il utilisa pour son édition des robā‘īyāt (cf. c.r. n°275).

2Après une courte introduction que Bīdel lui-même met en tête à ses œuvres complètes (p. 19-26), ce volume contient d’abord les Roqa‘āt (p. 29-182), une collection de deux cent quatre-vingt-huit lettres, la plupart assez courtes, parsemées de poèmes, et adressées, entre autres, à des personnes attachées à la cour du Grand Moghol et à un certain nombre de ses élèves. Le deuxième texte, les Nekāt (p. 185-322), est une collection de soixante-quinze courts exposés, la plupart sur des sujets philosophiques, illustrés de nombreux poèmes (voir Abs. Ir. 25, c.r. n°297, pour une édition en alphabet cyrillique). Après les Nekāt l’éditeur insère quelques pages (p. 325-33) d’un texte intitulé Ešārāt (p. 323) ou Ešārāt mota‘alleq be nekāt (p. 325). Il s’agit d’un choix d’un peu plus de deux cents vers tirés d’une collection de poèmes philosophiques et mystiques ainsi que des anecdotes, en maṯnavī et en différents mètres, qui dans l’édition lithographe de Bombay de 1302/1885 – la seule que j’ai pu consulter – compte plus de mille et cent vers et est intitulée Ešārāt va ḥekāyāt, dont ne sont pas seulement omis les “ḥekāyāt”, mais aussi bon nombre des “ešārāt”.

3L’édition se conclut sur l’œuvre la plus importante, de caractère autobiographique, le fascinant Čahār ‘onṣor (p. 337-672) dont A. Bausani publia une courte analyse dans Yádnáme-ye Jan Rypka dès 1967.

Akbar Behdārvand

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Livia Beelaert. Dehlavī, Bīdel, « Āvāz-hā-ye Bīdel, Naṯr-e adabī (roqa‘āt, nekāt, ešārāt, čahār ‘onṣor). Édité par Akbar Behdārvand, Tehrān, Mo’assese-ye Entešārāt-e Negāh, 1386/2007, 672 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 274, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 23 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39777

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page