Navigation – Plan du site
278
Širâz, Hâfez di

Canzoniere, Introduzione, traduzione e commento di Giovanni M. D’Erme. Napoli, Università degli Studi “L’Orientale”, Dipartimento di Studi Asiatici (Series Maior, IX, XI-XII), vol. I, 2004, 357 p. ; vol. II, 2007, 354 p. ; vol. III, 2008, 357 p.

Compte-rendu réalisé par Angelo-Michele Piemontese

Texte intégral

1Ce troisième volume achève la traduction italienne commentée du « Chansonnier » de Ḥāfeẓ, au total 495 ġazals (chansons), sur la base de l’édition de son Dīvān par M. Qazvīnī et Q. Ġanī (1320/1941), que M. D’Erme estime « classique » dans l’introduction (vol. I, p. 15). Le poète persan aimé lui a inspiré cette interprétation foisonnante et le format monumental du livre (34×24 cm.). D’Erme présente sur chaque page sa traduction soignée d’un ġazal en vers libres dans un style efficace et élégant, et parallèlement il donne en regard un commentaire analytique et minutieux, presque une méditation exposée vers par vers. On a sous cet aspect le commentaire le plus vaste produit par un iranologue européen sur le Dīvān. L’argumentation qui souligne chaque phrase d’une lyrique à l’autre se trouve résumée dans une série de tables qui définissent, selon un schéma uniforme, les thèmes et les motifs relevés avec le renvoi aux divers passages (I, p. 17-19 ; II, p. 9-13 ; III, p. 11-15), mis à part l’index analytique des noms, des notions et des personnages (I, p. 355-357 ; II, p. 351-354 ; III, p. 351-354). Un thème fréquent porte sur l’évocation de la soi-disant belle dame sans merci, la personne « belle » qui d’après le commentateur est « le plus souvent considérée comme la métaphore ou l’allégorie, le symbole de la connaissance »” à laquelle « l’amant, ce chercheur » aspire perpétuellement pour sa recherche intellectuelle (I, p. 11). Il ne s’agit pas d’une quête de nature mystique mais plutôt du thème de la solitude du chercheur, de la disposition du poète gnostique lui-même qui persiste à souligner l’ineffabilité des secrets, à mettre en valeur la qualité personnelle de la connaissance, la spéculation individuelle, contre la doctrine des théoriciens et les religieux dogmatiques. S’agit-il du poète qui prône la fierté et la souffrance d’amour, alors l’approche de Ḥāfeẓ se fait polémique contre les gens intolérants et les dires des hypocrites. En outre la pensée de Ḥāfeẓ implique la trace de conceptions iraniennes traditionnelles et dualistes, en particulier le poète paraît enclin à un dualisme philosophique et sapiential. Ḥāfeẓ amène son auditoire à concilier les facultés mentales et les énergies émotionnelles, à accommoder raison et amour par le biais de la parole poétique, « la voix des instruments », ce langage métaphorique qui avère le chant du poète. Cette conception de la gnose est comparable au langage des « fidèles d’amour » chez Arnault Daniel et notamment à la position relativement classique que Dante montre parfois dans sa Vita Nova. Une conclusion générale déduite du commentaire reprend ces considérations (III, p. 7-9). La section « Cenni bibliografici », une ébauche bibliographique sur le sujet, est répétée telle quelle, à quelques détails près (I, p. 353-354 ; II, p. 349-350 ; III, p. 349-350).

Ḥāfeẓ

Giovanni M. D’Erme

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angelo-Michele Piemontese. Širâz, Hâfez di, « Canzoniere, Introduzione, traduzione e commento di Giovanni M. D’Erme. Napoli, Università degli Studi “L’Orientale”, Dipartimento di Studi Asiatici (Series Maior, IX, XI-XII), vol. I, 2004, 357 p. ; vol. II, 2007, 354 p. ; vol. III, 2008, 357 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 278, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 23 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39783

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page