Navigation – Plan du site
280
Kazzāzī, Mīr Jalāl al-Dīn

Sūzan-e Īsā, gozāreš-e čāme tarsā’ī-ye Ḫāqānī. Tabrīz, Entešārāt-e Āydīn, 1386/2007, 248 p.

Compte-rendu réalisé par Anna Livia Beelaert

Texte intégral

1Réédition d’un commentaire, paru d’abord en 1376/1997, d’une des qaṣīdes les plus célèbres de Ḫāqānī, celle commençant par Falak kažrūtar ast az ḫaṭṭ-e tarsā. Une qaṣīde pour un destinataire chrétien, notoirement difficile à cause des multiples noms et termes qui réfèrent à des concepts chrétiens qui ont donné lieu à des explications fantaisistes dans les commentaires persans traditionnels. Elle fut, il y a plus d’un demi siècle déjà, l’objet d’un fameux commentaire (avec traduction et introduction) par Vladimir Minorsky (BSOAS, 1945 ; traduit en persan par ‘A. Zarrīnkūb en 1348/1969), qui avait réussi, avec l’aide d’autres savants comme Z. D. Avalishvili et D. S. Margoliouth à expliquer la plupart de ces termes.

2Kazzāzī est déjà connu par quelques autres travaux concernant Ḫāqānī, en premier lieu par une édition complète du Dīvān (2 vols, Téhéran 1375/1996), non critique comme celle de Sajjādī (1338/1959), mais, contrairement à cette dernière, vocalisée et ponctuée. Elle fut suivie en 1378/1999 par un grand commentaire (Abs. Ir. 22, c.r. n°482) et par un deuxième commentaire encore plus détaillé d’un choix de poèmes, dont douze qaṣīdes (Sarāče-ye āvā o rang, Ḫāqānī-šenāsī, Téhéran 1376/1997). Toutes ces publications furent précédées en 1368/1989 par un commentaire fouillé d’une seule qaṣīde, celle avec le radīf bar afkanad” (Roḫsār-e ṣobḥ ; Abs. Ir. 14, c.r. n°1015). Le commentaire Sūzan-e ‘Īsā suit à peu près le même schéma que Roḫsār-e ṣobḥ. Chaque vers est suivi par une paraphrase en persan moderne, puis par des explications réparties en trois catégories. Sous “vāže-šenāsī” on trouve une explication et une étymologie de chaque mot ; sous “zībā-šenāsī” des remarques sur les figures de style utilisées ; sous “žarf-šenāsī” enfin (une catégorie qui ne se trouvait pas dans Roḫsār-e ṣobḥ) une documentation historique. Visiblement Kazzāzī n’envisage pas d’approfondir les recherches de Minorsky – pour les termes “chrétiens” il suit (et cite) les explications de ce dernier – son but semble être surtout didactique. Toutefois, ça et là, des sources autres que celles de Minorsky sont citées. Ainsi, par exemple pour “l’âne du Christ” du vers 58, le Tārīḫ de Ṭabarī, et pour le “pūr-e saqqā” (“le fils du porteur d’eau”) du vers 46 du Nafaḥāt al-uns de Jāmī.

3Mais dans ce cadre didactique il donne en même temps plus qu’on n’en demande et moins qu’on en aurait voulu. Ainsi les étymologies très détaillées n’apportent rien à la compréhension du poème, puisque Ḫāqānī lui-même n’était sûrement pas informé des antécédents avestiques ou pahlavis des mots. D’autre part, comme dans tous les commentaires de ce genre, il manque une discussion du poème dans sa globalité. Par les commentaires des vers on voit cependant que Kazzāzī ne met pas en doute les opinions courantes sur ce poème. À savoir que c’est une ḥabsīya (“poème d’emprisonnement”) dans son sens le plus concret (naturellement le poème appartient bien à ce genre littéraire), et que le destinataire chrétien est un membre de la famille impériale des Comnènes, à savoir Andronicos (la thèse de Minorsky, plus tard Vil’čevskij estima qu’il s’agissait de Manuel), bien que, selon l’hypothèse convaincante du chercheur azéri Ġ. Kandlī dans NDAT 1348/1969, il doit être identifié avec un membre de la dynastie locale des Bagratides que Ḫāqānī mentionne dans une de ses lettres. (Curieusement, Kazzāzī, p. 94, cite un passage de cette lettre, mais sans référer à cette hypothèse.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Livia Beelaert. Kazzāzī, Mīr Jalāl al-Dīn, « Sūzan-e Īsā, gozāreš-e čāme tarsā’ī-ye Ḫāqānī. Tabrīz, Entešārāt-e Āydīn, 1386/2007, 248 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 280, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 23 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39787

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page