Navigation – Plan du site
283
Pūrjavādī, Naṣrollāh

Bāde-ye ‘ešq : pažūhešī dar ma‘nā-ye bāde dar še‘r-e ‘erfānī-e fārsī. Tehrān, Našr-e Kārnāme, 1387/2008, 330 p. [Le vin de l’amour : une étude concernant le sens du vin dans la poésie mystique persane]

Compte-rendu réalisé par Ève Feuillebois-Piérunek

Texte intégral

1Voici enfin une récapitulation et une synthèse des travaux de N. Pūrjavādī sur le vocabulaire amoureux et bacchique de la poésie persane classique. Les deux premiers chapitres sont originaux et n’ont jamais été publiés auparavant. Dans le premier chapitre, l’A. étudie l’apparition du thème de l’amour dans le soufisme et dans la poésie mystique, revenant sur les connotations et relations entre les termes ‘ešq et maḥabbat, l’utilisation du mot ‘ešq chez les auteurs khorassaniens, chez Nūrī, dans le Šarḥ-e Ta’arrof et chez Abū Ḥāmed Ġazālī. Le deuxième chapitre traite de l’influence qu’a exercée la philosophie, et en particulier le concept platonicien de l’amour, sur le soufisme à travers l’héritage de Ḥallāj et la pensée néo-hallajienne du Khorassan, de Ḫaraqānī à Aḥmad Ġazālī.

2La plupart des autres chapitres ont été publiés dans Našr-e Dāneš. Le troisième chapitre, « L’Amour dans la poésie soufie », est paru dans Našr-Dāneš, 11, 3 (1370/1991) et étudie la terminologie empruntée par les soufis à la poésie amoureuse profane à travers la discussion par Hojvīrī des parties du corps de l’aimé(e) et son élimination des termes bacchiques, ainsi que l’opinion d’Abū Ḥāmed Ġazālī au sujet de la poésie amoureuse soufie. Le quatrième chapitre, « Le Sens réel et le sens mystique du vin (šarāb) », publié dans Našr-e Dāneš, 12, 1 (1370/1991), analyse le terme d’ivresse (sokr) selon les écoles de Junayd et d’Abū Yazīd Basṭāmī, et montre comment est née la comparaison de l’amour avec le vin, et comment cette comparaison s’est transformée en métaphore. Le cinquième chapitre, « L’apparition du sens métaphorique du vin (bāde) dans la poésie persane » (N.D. 12, 2, 1370/1991), se penche sur le lien entre samā’ et poésie, et l’écart qui peut exister entre l’intention du poète et la compréhension de l’auditeur.

3Le sixième chapitre, « L’Evolution de la signification de l’amour : amour réel et amour métaphorique » (N.D. 12, 3, 1371/1991), analyse l’œuvre de ceux que Corbin appelait les Fidèles d’amour, en particulier Aḥmad Ġazālī et ‘Ayn al-Qoḍāt Hamadānī, et l’existence du même type de réflexion sur l’amour chez les poètes Sanā’ī et Jāmī. Le septième chapitre, « L’Amour prééternel et le vin du Pacte du Covenant » (ND, 12, 4 (1371/1992), aborde les liens entre amour divin et Pacte du Covenant à travers la poésie de Sanā’ī, ‘Aṭṭār, Ḫāqānī, ‘Erāqī, ainsi que l’imagerie liée à la consommation de vin (vin nocturne ou de l’aube, mal d’ivresse, libertinage, rencontre de l’échanson). Le huitième chapitre, « L’Amour céleste », inédit, étudie cette notion chez Ibn Sīnā, Aḥmad Ġazālī, ‘Ayn al-Qoḍāt, Neẓāmī, ‘Aṭṭār, Rūmī, ‘Erāqī, Sayf-e Farġānī et Šabestarī.

4La postface récapitule les questions abordées et pourrait servir d’introduction ou de présentation générale. Bibliographie et index complètent ce précieux ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Feuillebois-Piérunek. Pūrjavādī, Naṣrollāh, « Bāde-ye ‘ešq : pažūhešī dar ma‘nā-ye bāde dar še‘r-e ‘erfānī-e fārsī. Tehrān, Našr-e Kārnāme, 1387/2008, 330 p. [Le vin de l’amour : une étude concernant le sens du vin dans la poésie mystique persane] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 283, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 23 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39791

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page