Navigation – Plan du site
284
Haravī, Qabūlī

Dīvān, bar asās-e čāp-e ‘aksī-ye Esma‘īl Ḥekmat Ertāylān. Ed. Yaḥyā Ḫānmoḥammad Āḏarī, Tehrān, Bonyād-e mowqūfāt-e doktor Maḥmūd Afšār, 1386/2007, 588 p. (Majmū‘e-ye entešārāt-e adabī va tārīḫī-ye mowqūfāt-e Doktor Maḥmūd Afšār Yazdī, 111 ; Ganjīne-ye qalamrow-e adabīyāt-e fārsī va zabān-e darī, 27).

Compte-rendu réalisé par Anna Livia Beelaert

Texte intégral

1Comme l’annonce le titre de cette édition, elle est basée sur l’édition en fac-similé d’I.H. Ertaylan (Istanbul 1948), d’un manuscrit considéré comme unique (Aya Sofya 3958), copié en 880/1475-76 sur commande du poète (mort en 883/1478-79) pour être offert au sultan ottoman Meḥemmed Fāteḥ qui fut son patron depuis au moins l’année 877/1472. Āḏarī donne en traduction l’introduction turque d’Ertaylan (p. 45-76) en y ajoutant quelques notes (p. 77-84) ; il la fait précéder d’une introduction de sa main (p. 3-42). En plus, cette édition-ci ajoute à celle d’Ertaylan quelques index (de poèmes, de noms de personnes etc.) et une bibliographie (p. 545-587).

2Le Divān contient surtout des qaṣīdes (quelques-unes en turc parmi une grande majorité en persan, p. 105-349 et p. 513-541) et des ġazalīyāt (persans, p. 369-500, turcs p. 507-512), mais aussi un maṯnavī dédicatoire (p. 87-104), des hazlīyat (p. 351-358), des moqaṭa‘āt (p. 359-367), des robā‘īyāt (p. 501-503) et des mofredāt (p. 505-6).

3Après plus d’un demi-siècle Āḏarī aurait eu la possibilité d’ajouter quelque chose aux recherches d’Ertaylan, mais le résultat est bien décevant. Tout d’abord l’audacieuse augmentation du nom du poète avec le nesba “Haravī” est surprenant. En effet, Mīr ‘Alī Šīr Navā’ī, dans son Majāles al-nafā’es, parle de trois poètes de ce nom, dont un qui vécut et mourut à Herat, mais Ertaylan ne le considérait pas comme l’auteur de ce Dīvān pour la bonne raison que – selon lui (malheureusement, pour la vérification le Majāles
al-nafā’es
ne m’a pas été disponible) – ‘Alī Šīr avait précisé que ce poète n’avait jamais voyagé (traduction persane de l’introduction, p. 50). Curieusement, Āḏarī ne souffle mot de ce détail inopportun. Puis, on peut se demander si ce manuscrit de l’Aya Sofya doit toujours être considéré comme unique. Depuis l’édition d’Ertaylan, Fehmi Edhem Karatay, dans son catalogue de la bibliothèque du Topkapı, a décrit un autre manuscrit d’un Dīvān d’un poète nommé Qabūlī, lui aussi panégyriste de Mehemmed Fāteḥ. Trop facilement, sans même avoir essayé de voir ce manuscrit, Āḏarī abandonne l’idée qu’il s’agit du même poète. En effet, quelques incipit de poèmes cités par Karatay ne sont pas traçables dans ce Dīvān-ci, mais par exemple la qaṣīde que Karatay cite, fut écrite pour une victoire bien connue de Meḥemmed Fāteḥ à Qara-Boghdan en 881/1476 et, évidemment, n’aurait pas pu être incluse dans un MS de 880…

4En ce qui concerne le texte même des poèmes, cette édition-ci ne nous dispense malheureusement pas de se référer à celle d’Ertaylan : on y décèle des erreurs de déchiffrement du nasta‘līq pourtant très lisible (par exemple, la date 877, mentionnée plus haut, est inférée d’une qaṣīde – p. 328. ed. Ertaylan p. 192 – qui contient cette date, inexplicablement, Āḏarī lit do au lieu de haft), et elle s’avère être expurgée. Par exemple, comme Āḏarī le confesse lui-même, p. 358, la hazlīye p. 355-358 contient vingt-six vers de plus que dans l’original (p. 213-216), et une hazlīye en réponse à celle de Sūzanī est omise tout à fait, tout comme, tacitement, une autre de cinq vers (Ertaylan p. 218).

Yaḥyā Ḫānmoḥammad Āḏarī

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Livia Beelaert. Haravī, Qabūlī, « Dīvān, bar asās-e čāp-e ‘aksī-ye Esma‘īl Ḥekmat Ertāylān. Ed. Yaḥyā Ḫānmoḥammad Āḏarī, Tehrān, Bonyād-e mowqūfāt-e doktor Maḥmūd Afšār, 1386/2007, 588 p. (Majmū‘e-ye entešārāt-e adabī va tārīḫī-ye mowqūfāt-e Doktor Maḥmūd Afšār Yazdī, 111 ; Ganjīne-ye qalamrow-e adabīyāt-e fārsī va zabān-e darī, 27). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 284, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 23 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39792

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page