Navigation – Plan du site
286
Seyed-Gohrab, A. A.

Courtly Riddles. Enigmatic Embellishments in Early Persian Poetry. Amsterdam & West Lafayette, Rozenberg & Purdue University Press, 2008, 256 p.

Compte-rendu réalisé par Anna Livia Beelaert

Texte intégral

1Ce livre a comme sujet principal les descriptions (vaṣf), qu’elles soient explicitement indiquées comme énigmes (loġaz) ou non, qui se trouvent dans les nasībs des qaṣīdes des Ve/XIe et VIe/XIIe siècles ; les énigmes faisant partie du Honar-nāme de Moḫtārī et du Sayr al-‘ebād de Sanā’ī sont également examinées. Un seul chapitre (p. 77-92) concerne les énigmes dans le Šāh-nāme, en l’occurrence celles que Zāl, qui fait la cour à Rūdābe, est sommé de résoudre. Cette recherche voudrait aussi préciser la relation entre la métaphore et l’énigme ; en effet, il est bien connu qu’Aristote déjà, dans sa Poétique (ch. xxii), signala l’importance de la métaphore pour la composition d’une énigme. Il est bien regrettable que l’A. ne soit manifestement pas à la hauteur de la tâche qu’il s’est imposée, ce qui apparaît tout d’abord dans les traductions des poèmes qui sont criblées d’erreurs, souvent flagrantes. (comme les textes en persan ne sont pas ajoutés et que les références exactes font parfois défaut, le lecteur doit faire un effort pour s’en assurer). Si dans le contexte d’un seul poème le langage imagé peut être obscur, la plupart du temps cette obscurité disparaît dans le contexte d’un corpus plus étendu de qaṣīdes. Même si l’A. analyse des poèmes d’un éventail assez large de poètes (à part ceux déjà nommés, surtout ‘Onṣurī, Farrokhī, Manūčehrī, Mas‘ūd-e Sa‘d-e Salmān et Mo‘ezzī), et selon ses dires a lu un corpus énorme (“huge”) de nasībs (p. 24) il n’a visiblement pas su en profiter.

2Dans le cadre restreint de ce c.r., quelques exemples tirés d’une seule qaṣīde suffiront, en l’occurrence les seize vers d’un nasīb de Mo‘ezzī, traduits et analysés en détail p. 196-200. Déjà la traduction du premier vers de ce nasīb contient une erreur : le mot “nuage” qui figure ici n’apparaît pas dans l’original : “abr” n’est qu’une coquille dans l’édition de Hayyerī (à laquelle manque une référence ici, ce nasīb se trouve p. 469-70) et une simple scansion du vers aurait déjà pu l’éliminer comme leçon possible (hélas, ce n’est pas un cas unique). Encore plus malencontreux, les seize vers ne décrivent pas “la générosité” comme l’A. le pense, une description qu’il considère même comme “simple et pas trop énigmatique en comparaison des autres énigmes sur le même sujet”, mais bien jusqu‘à trois autres objets, à savoir, la main du patron (généreuse, il est vrai) et en majeure partie – douze des seize vers – l’encrier et la plume (qalam). La plume fait justement l’objet du chapitre suivant (p. 201-206), qui contient entre autres une analyse d’un passage du Honar-nāme (là il n’y avait pas de doute, puisqu’il est pourvu d’une rubrique correcte dans l’édition de Homā’ī), où sont utilisées, en partie, les mêmes images. Les interprétations totalement fantaisistes et longuement élaborées qui découlent de cette erreur sont déroutantes. Ainsi “l’obscurité de la source” dont il est question se réfère sans équivoque à l’encre dans l’encrier, et non pas, comme l’A. le suggère, à “l’intérieur de la bourse du mécène” (p. 199), et “la langue musquée” (fautivement traduite au pluriel), désigne la pointe de la plume trempée dans l’encre et non pas les “mots gentils du mécène qui accompagnent ses dons” (ibid.).

3L’A. considère naïvement les poètes persans comme des gens bizarres, qui, comme il le dit p. 69-70, « étaient parfois emportés par leur propre force créatrice et imagination, fabriquant des métaphores insondables (“unfathomable”) pour nous ». Or, ces métaphores sont surtout insondables pour l’A., et c’est bien lui qui est emporté par son imagination.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Livia Beelaert. Seyed-Gohrab, A. A., « Courtly Riddles. Enigmatic Embellishments in Early Persian Poetry. Amsterdam & West Lafayette, Rozenberg & Purdue University Press, 2008, 256 p.  », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 286, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 22 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39797

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page