Skip to navigation – Site map

HomeAbstracta IranicaVolume 3117. Musique et arts du spectacle17.2. Arts du spectaclePārīs – Tehrān, Sīnemā-ye ‘Abbās-...

312
Māziyār Eslāmī and Morād Farhādpūr

Pārīs – Tehrān, Sīnemā-ye ‘Abbās-e Kīārostamī. Tehrān, Farhang-e Ṣabā, 1387/[2008], 190 p.

Book review by Poupak Rafii Nejad

Index terms

Top of page

Full text

1Connu comme critique du cinéma en Iran, Māziyār Eslāmī est auteur et traducteur de nombreux ouvrages et articles sur le cinéma. Morād Farhādpūr est lui, enseignant, auteur et traducteur d’articles et d’ouvrages de philosophie notamment de Badiou, Lévinas et Žižek. Sous forme de dialogue, les deux auteurs présentent une riche analyse critique du cinéma de Kīārostamī, qui a reçu plus d’éloges à l’extérieur que dans son propre pays. Dans les trames de leur discussion, se tisse un état des lieux du cinéma mondial et de la situation particulière du cinéma en Iran.

2Ils proposent un autre regard sur le cinéaste que celui des festivals de film. Leur critique porte autant sur la forme que sur le contenu et le message de ses films dans le contexte sociopolitique de l’Iran des années 80-90.

3En quelques mots, le cinéma de Kīārostamī est, selon les auteurs, un cinéma non iranien (sans localisation), formaliste, vide de sens et techniquement lacunaire. À titre d’exemple, l’absence de la femme dans sa dimension subjective féminine et son remplacement par l’enfant semble une solution de facilité ou un choix délibéré pour éviter toute confrontation avec les autorités pendant ces années difficiles pour les acteurs et les réalisateurs en Iran. Le paysage, la nature ou les longues séquences de voiture sont autant d’éléments représentatifs du cinéma de Kīārostamī qui, en absence d’idées réelles, instaure la forme comme idéologie.

4Bien qu’une grande partie de leur critique soit intéressante, justifiée et très convaincante, les auteurs se renferment dans une critique négative et absolue de presque toute la production cinématographique iranienne et mondiale. A l’arrière plan de leur discours se dévoile l’influence philosophique d’A. Badiou et surtout son point de vue sur le cinéma comme art impur, mais majeur sur le plan social et politique.

Top of page

References

Electronic reference

Poupak Rafii Nejad. Māziyār Eslāmī and Morād Farhādpūr, « Pārīs – Tehrān, Sīnemā-ye ‘Abbās-e Kīārostamī. Tehrān, Farhang-e Ṣabā, 1387/[2008], 190 p. », Abstracta Iranica [Online], Volume 31 | 2011, document 312, Online since 11 October 2012, connection on 19 May 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.39848

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search