Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 251. Bibliographie, Recueils d’arti...1.2 Recueils d’articles : revues,...Iran. Questions et connaissances....

5
Philip Huyse

Iran. Questions et connaissances. Actes du IVe Congrès européen des études iraniennes, organisé par la Societas Iranologica Europaea, Paris, 6-10 septembre 1999, vol. I : La période ancienne. Paris, Peeters/AAEI, 2002, 380 p., ill. (Studia Iranica, Cahier 25).

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Texte intégral

1Ce premier volume réunit 24 contributions réparties en trois rubriques, 11 pour Langues et textes, 5 pour Religions et philosophie et 7 pour Histoire et archéologie. Il s’agit des manuscrits remis par les auteurs et acceptés par les organisateurs, d’autres ayant parfois préféré publier ailleurs. Les articles sont donc en nombre réduit par rapport aux communications données à l’occasion de cette réunion qui rassemblait quelque 400 participants de toutes disciplines. Tel est le but premier de ces congrès, favoriser les rencontres entre les chercheurs confirmés et les plus jeunes.

2La première partie, la plus fournie (163 p.) illustre la diversité des langues étudiées, depuis l’alain (A. Alemany), le parthe de Turfan (D. Desmond-Meisterernst), le moyen-perse et pehlevi (C. Cereti, J. Josephson, M. Macuch, G. Raffaelli, Sh. Shaked), les rapports irano-slaves (P. Mazahéri), le sogdien (W. Sundermann, c.r. n° 30) et l’indo-iranien (P. Swennen) ; certaines de ces études, de même que celle de J. Pstrusinska sur des rapports possibles entre les données religieuses celtiques et nuristanies auraient pu aussi bien prendre place dans la seconde partie, « religions et philosophie ». G.M. D’Erme y traite du zurvanisme au travers de représentations protohistoriques, achéménides et médiévales ; le zoroastrisme fait l’objet des articles de C. Leurini (cf. c.r. n° 219), de A. Panaino sur le calendrier, d’É. Phalippou sur les littératures zoroastriennes dans l’Inde des 19e et 20e siècles, et d’A. Piras sur un terme de l’Avesta. La troisième partie, « Histoire et archéologie » – plutôt histoire de l’art pour cette dernière – couvre diachroniquement, des Élamites aux Sogdiens, un vaste territoire depuis l’Élam et l’Élymaïde (A.-E. Dunn-Vaturi, D. T. Potts) et l’Arménie (disputée entre les Romains et Shapur II, K. Mosig-Walburg, voir aussi P. Huyse (cf. c.r. n° 103) sur l’absence de revendications de certains territoires achéménides par les Sassanides) jusqu’à la Chine : M. Carter (cf. c.r. n° 44), sur deux lits funéraires aux thèmes zoroastriens, E. Kageyama (cf. c.r. n° 46) sur les rapports entre les peintures d’Afrasiab et celles de Dunhuang ; N. Tajadod, sur des traducteurs de textes bouddhiques en chinois, qui étaient originaires du monde iranien.

3À défaut d’homogénéité, impossible à réaliser à partir d’une telle conférence, cet ouvrage très soigneusement édité donne l’occasion de réunir en un vaste panorama forcément très incomplet des recherches actuelles sur le monde iranien pré-islamique et les rapports qu’entretenait celui-ci avec les civilisations voisines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Philip Huyse, « Iran. Questions et connaissances. Actes du IVe Congrès européen des études iraniennes, organisé par la Societas Iranologica Europaea, Paris, 6-10 septembre 1999, vol. I : La période ancienne. Paris, Peeters/AAEI, 2002, 380 p., ill. (Studia Iranica, Cahier 25). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 5, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/3985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.3985

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search