Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 252. Linguistique2.2. Langues vivantes et dialectesWolfgang Schulze. Northern Talysh...

2. Linguistique
2.2. Langues vivantes et dialectes
35

Wolfgang Schulze. Northern Talysh. München, Lincom Europa, 2000, 94 p. (Languages of the world. Materials ; 380).

Vincent Hachard

Entrées d’index

Personnes citées :

Gilbert Lazard, G. Bossong
Haut de page

Texte intégral

1Spécialiste des langues caucasiques orientales et de typologie fonctionnelle, l’A. nous livre ici le résultat d’une enquête de terrain de 1986 consacrée à une langue iranienne occidentale mais relevant selon lui de l’aire linguistique caucasienne du sud-est (p. 37), le tâlechi (tālešī ) septentrional. L’ouvrage comprend trois parties : 1) une description très sommaire du dialecte : phonologie (y compris une esquisse diachronique du système) ; 2) une étude détaillée (c’est là le cœur du livre) de la structure actancielle de la langue, prenant bien en compte l’ensemble des mécanismes, aussi bien dans leurs manifestations – codage casuel, accord, système de marque personnelles enclitiques… –, que dans leur conditionnement : impact du système TAM (Temps Aspect Mode), de la visée communicative, de la nature des actants (notamment des SAP « Speech act participants »),… ; 3) édition, en appendice, du texte recueilli et ayant servi de base à l’étude, accompagné de gloses morphosyntaxiques interlinéaires et d’une traduction anglaise, le tout suivi d’un petit glossaire étymologique. L’analyse actancielle (utilisant les conventions dixoniennes S, A, O) que l’A. mène est très fouillée, mais difficile à suivre, voire parfois confuse ; elle est aussi limitée par la taille du corpus qui lui sert de base, comme le reconnaît volontiers l’A. (p. 66). Elle permet cependant d’aboutir à un panorama complexe : à l’imperfectif correspond une structure accusative (forte ou faible), au perfectif une structure mixte (accord accusatif, codage casuel ergatif) ou disjointe (p. 59 sq.). On notera quelques erreurs, comme l’interprétation de la « désinence » kurmandjie -im dans dît-im comme un (en)clitique objet (ex. 36b, p. 41, et p. 42). En ce qui concerne la partie diachronique, l’A. semble moins à l’aise : par ex., p. 18 (§ 5.1.3.3.), bo « pour » donné sans étymologie est évidemment à mettre en parallèle avec le persan barâ(-ye) comme bo « frère » (p. 19, ex. G3) avec barâdar. Malgré ces petites réserves, on se réjouira qu’un travail important porte sur le domaine riche et passionnant de l’actance des langues irano-aryennes, dont les premiers défricheurs ont été G. Lazard (« Structures d’actance dans les langues irano-aryennes », 1978) et G. Bossong (Empirische Universalienforschung…, 1985). Bibliogr. pp. 91-92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Hachard, « Wolfgang Schulze. Northern Talysh. München, Lincom Europa, 2000, 94 p. (Languages of the world. Materials ; 380). »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 35, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4150 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.4150

Haut de page

Rédacteur

Vincent Hachard

BIULO – Paris

Comptes rendus du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search