Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 253. Histoire, Art et Archéologie, ...3.1. Est de l’IranPierre Briant. « Politique et con...

3. Histoire, Art et Archéologie, Période pré-Islamique
3.1. Est de l’Iran
43

Pierre Briant. « Politique et contrôle de l’eau dans le Moyen-Orient ancien ». Annales HSS 57/3, (mai-juin 2002), pp. 517-663.

Rémy Boucharlat

Entrées d’index

Rubriques :

3.1. Est de l'Iran

Personnes citées :

F. Joannès, H.-P. Francfort, O. Lecomte
Haut de page

Texte intégral

1Un riche dossier né des questionnements de l’A. sur la politique de l’eau chez les Achéménides. Son intérêt s’est manifesté récemment par l’organisation d’un premier dossier plus technique, Irrigation et drainage dans l’Antiquité… (Abs. Ir. 24, n° 54). Pour celui-ci P.B. a demandé à quelques historiens des textes et archéologues de décrire un cas, dans une région limitée ou dans une aire très vaste, ou bien un angle d’approche, à différentes périodes, entre le 3e et le 1er millénaire avant J.-C. Les exemples proviennent principalement de Mésopotamie mais aussi d’Égypte et d’Asie centrale.

2Le titre pose implicitement la question de savoir si l’acquisition et la distribution de l’eau nécessite le contrôle d’une pouvoir politique fort. D’emblée, dans la solide Introduction, « l’État, la terre et l’eau entre Nil et Syr Darya », P.B. met en question la théorie de K. Wittfogel émise il y a 50 ans, en vogue un temps puis largement critiquée depuis : seul un pouvoir fort et centralisé aurait été capable de créer une irrigation que l’on observe à l’échelle de vastes territoires ; la Mésopotamie antique en était l’exemple de choix. La diversité des cas, des approches, de la documentation mise en œuvre – archéologique et/ou textuelle, ainsi que l’apport des sciences de la terre – montre que la question ne peut pas être réduite à une explication. Certaines stratégies de l’eau se passent de l’État ; pour autant, celui-ci n’est pas forcément absent de la politique de l’eau, mais il n’en est pas systématiquement le commanditaire direct. Pour le 1er millénaire avant J.-C., on retiendra en particulier la contribution de F. Joannès sur la Mésopotamie et celle de H.-P. Francfort et O. Lecomte sur l’Asie centrale, cette dernière, ambitieuse mais réussie, montre tout l’intérêt de l’approche pluridisciplinaire des grands programmes d’exploration soviétiques des années 30-50 du 20e s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat, « Pierre Briant. « Politique et contrôle de l’eau dans le Moyen-Orient ancien ». Annales HSS 57/3, (mai-juin 2002), pp. 517-663. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 43, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 03 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4177 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.4177

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search