Navigation – Plan du site
48
B. A. Litvinskij

Xram Oksa, Tom 2 : Bakrijskoe vooruženie v drevnevostočnom i grečeskom kontekste. Moskva, izdatel’skaja firma « Vostočnaja Literatura » RAN, 2001, 512 p. + 111 pl. h.-t. (Résumé en anglais). [Le temple de l’Oxus, t. 2 : L’armement bactrien dans le contexte de l’Orient ancien et de la Grèce]

Compte-rendu réalisé par Frantz Grenet

Entrées d’index

Rubriques :

3.1. Est de l'Iran
Haut de page

Texte intégral

1Le deuxième des trois volumes prévus pour la publication de cette fouille majeure, notre principale source archéologique sur la période grecque en Asie centrale. Le premier portait sur l’architecture (voir le c.r. n° 49 de sa version allemande), le troisième concernera les trouvailles à caractère non militaire. Les fosses à offrandes ont livré une quantité immense d’armes : pointes de flèches, de lances et de javelines, garnitures en os ou ivoire de fourreaux d’épées et de dagues, casques, éléments de cuirasses à écailles et de boucliers. Ce matériel relève des deux traditions culturelles auxquelles appartenaient les visiteurs du temple : grecque et iranienne (i.e., successivement, achéménide, puis bactrienne et sogdienne, le temple s’élevant à la frontière de ces deux régions historiques). Les dates s’échelonnent depuis l’époque hellénistique ancienne (et même achéménide pour de rares garnitures précieuses) jusqu’à la fin du fonctionnement du temple aux 4e-5e s. de n.è. Pour certaines catégories l’échantillon dépasse tout ce qui était connu dans l’archéologie de l’Iran et de l’Asie centrale, voire même de la Grèce pour les fourreaux d’épées. B. A. Litvinskij ne s’est pas contenté d’une simple présentation, mais sur la base de sa connaissance inégalée des armements de l’Asie centrale il livre une masse d’analogies et d’observations techniques qui font de son ouvrage, entre autres, une véritable encyclopédie de l’archerie orientale antique.

2La plupart des armes ont certainement été déposées à titre de dépôts votifs (à noter cependant que le musée de Douchanbé expose des boulets de catapulte d’époque grecque trouvés dans une tour de l’enceinte du temple, non inclus dans la présente publication, et qui doivent plutôt avoir été destinés à la défense). On peut comparer les armes miniatures trouvées dans le trésor de Mir Zakah II en Afghanistan (voir le c.r. n° 52) et, bien qu’il ne soit pas abordé dans le présent ouvrage, ceci pose le problème de la nature de la divinité (ou des divinités) de Takht-i Sangin. A titre d’hypothèse, on pourrait suggérer un syncrétisme, dont il existe d’autres indices, entre le dieu Oxus, en principe seulement dieu des eaux, et Tishtrya qui avait aussi une fonction guerrière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Grenet. B. A. Litvinskij, « Xram Oksa, Tom 2 : Bakrijskoe vooruženie v drevnevostočnom i grečeskom kontekste. Moskva, izdatel’skaja firma « Vostočnaja Literatura » RAN, 2001, 512 p. + 111 pl. h.-t. (Résumé en anglais). [Le temple de l’Oxus, t. 2 : L’armement bactrien dans le contexte de l’Orient ancien et de la Grèce] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 48, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4190

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page