Navigation – Plan du site
51
B. I. Marshak

Legends, tales, and fables in the art of Sogdiana (with an Appendix by V. A. Livshits). New York, Bibliotheca Persica Press, 2002, 187 p., 107 ill. dans le texte + 16 pl. couleurs h.-t., index. (Biennial Ehsan Yarshater Lecture Series, 1).

Compte-rendu réalisé par Frantz Grenet

Entrées d’index

Rubriques :

3.1. Est de l'Iran
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage reprend, à partir d’une quarantaine de compositions peintes découvertes à Pendjikent, des analyses déjà esquissées dans diverses publications précédemment recensées dans Abs. Ir., et notamment les rapports de fouilles des Arxeologičeskie Raboty v Tadžikistane. Mais elles sont ici considérablement enrichies, coordonnées et accompagnées d’un dossier d’illustrations complet. Seuls deux sujets trouvent leur correspondant dans ce qui nous est parvenu de la littérature sogdienne profane : le combat de Rostam contre les démons, et le conte du Marchand et de l’Esprit de l’Océan. Cependant l’enquête élargie aux littératures conservées dans d’autres langues permet de déterminer d’autres points de comparaison, parfois très proches des sujets illustrés : les fables d’Ésope (dont on sait qu’elles ont circulé dans des adaptations, notamment en syriaque), le Sendbâd-nâme (dont la version subsistante a été composée justement à Samarkand au 12e s. d’après un original pehlevi), le Pañčatantra (lui-même source du Kalile va Demne), le 4e livre du Mahābhārata. En revanche aucun sujet tiré d’un récit bouddhique (jātaka, avadāna) n’a été identifié. Les sujets épiques sont plus difficiles à reconnaître car, comme le souligne Marshak, l’inventivité locale y jouait davantage que pour les contes. Le seul héros qu’on puisse nommer est Rostam, ce qui est une illustration parmi d’autres de son caractère « trans-national ». L’un des cycles qui le mettent en scène rappelle l’histoire de sa fille Bânugašasp (cf. Šâh-nâme, Bânugašasp-nâme) sans cependant pouvoir lui être identifié ; s’agirait-il de Zarbânu, l’autre fille de Rostam ? Pour le reste, les cycles épiques ne peuvent au stade actuel de la recherche faire l’objet que de comparaisons ponctuelles, d’ordre typologique (le thème de la femme guerrière, etc.).

2Concernant la symbolique zoroastrienne, il faut signaler l’identification très convaincante des femmes au carquois qui volent au-dessus d’une scène de bataille avec les Fravashis dans l’une des fonctions que leur confère leur Yasht, celui de guerrières qui combattent aux côtés des héros iraniens (p. 118, fig. 68).

3L’A. consacre des développements très importants aux intermédiaires possibles qui séparent l’œuvre littéraire, orale ou écrite, et l’illustration monumentale : des indices partiels permettent de postuler l’existence tantôt de livres illustrés, tantôt de rouleaux destinés aux récitants (de tels rouleaux seraient aussi à la source des petits Šah-nâme illustrés du début du 14e s.). La peinture de Pendjikent, magnifiquement éclairée par Marshak, a bien mieux préservé l’univers littéraire profane des Sogdiens que les maigres textes conservés dans les sables de Turfan et la grotte de Dunhuang.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Grenet. B. I. Marshak, « Legends, tales, and fables in the art of Sogdiana (with an Appendix by V. A. Livshits). New York, Bibliotheca Persica Press, 2002, 187 p., 107 ill. dans le texte + 16 pl. couleurs h.-t., index. (Biennial Ehsan Yarshater Lecture Series, 1). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 51, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4200

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page