Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 37-38-395. Art et Archéologie. Période Mu...5.1. Monde iranophoneYuka Kadoi. « The Rise of Persian...

9
Yuka Kadoi

Yuka Kadoi. « The Rise of Persian Art Connoisseurship: Arthur Upham Pope and early twentieth-century Chicago »

Compte-rendu réalisé par Sarah Piram
Référence(s) :

Yuka Kadoi. « The Rise of Persian Art Connoisseurship: Arthur Upham Pope and early twentieth-century Chicago », in Yuka Kadoi (dir.), Arthur Upham Pope and A New Survey of Persian Art, Brill, Leyde-Boston, 2016, p. 235-65.

Texte intégral

1Dans la quatrième partie de son ouvrage Arthur Upham Pope and A New Survey of Persian Art, publié à la suite d’un symposium international à l’Art Institute de Chicago (9-10 septembre 2010), Yuka Kadoi s’intéresse à la question de la connaissance de l’art persan dans la société savante américaine du début du XXe siècle. Elle revient pour cela sur le rôle majeur joué par Arthur Upham Pope (1881-1969) dans l’étude et la valorisation de cet art aux États-Unis et notamment dans la ville de Chicago. Kadoi retrace ainsi le parcours de Pope, d’abord professeur de philosophie à l’Université de Californie à Berkeley avant de montrer un certain attachement pour l’Iran. De la fin des années 1920 jusqu’aux années 1930, Pope travailla en tant que conservateur d’« art mahométan » à l’Art Institute de Chicago, ce qui lui permit de s’intégrer dans un cercle d’amateurs et de collectionneurs américains d’art « oriental ». Il favorisa, au sein de l’Art Institute, l’acquisition de nombreuses œuvres iraniennes de période islamique, suscitant alors un vif intérêt pour cet art dit « mahométan », « asiatique » ou encore « non-occidental ».

2Kadoi met également en avant la renommée internationale que Pope acquis auprès des cercles de collectionneurs et de conservateurs d’art persan, en organisant dès 1926 une exposition de tapis orientaux à l’Art Club de Chicago – soit un an seulement après son premier voyage en Iran.

3Elle montre combien l’expérience de Pope à Chicago a permis d’apporter de nouvelles connaissances sur l’art iranien de période islamique. Grâce à ses importants réseaux dans le marché de l’art et dans le monde des musées, Pope a pu favoriser la recherche sur cet art, qui a été mieux reconnu et valorisé, pour être ensuite classé comme une période artistique à part entière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Piram. Yuka Kadoi, « Yuka Kadoi. « The Rise of Persian Art Connoisseurship: Arthur Upham Pope and early twentieth-century Chicago » », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 9, mis en ligne le 10 mars 2018, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/42724 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.42724

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search