Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 37-38-392. Linguistique2.1. Langues anciennesLeon Goldman. Rašn Yašt. The Aves...

11
Leon Goldman

Leon Goldman. Rašn Yašt. The Avestan Hymn to ‘Justice’

Compte-rendu réalisé par Samra Azarnouche
Référence(s) :

Leon Goldman. Rašn Yašt. The Avestan Hymn to ‘Justice’. Wiesbaden, Reichert, 2015, 257 p. (Beiträge zur Iranistik 39).

Texte intégral

1Version révisée d’une thèse de doctorat soutenue en 2012 à la SOAS (Londres), cet ouvrage propose une édition classique de l’hymne dédié à Rašnu (Yašt 12) (moyen-perse Rašn), divinité zoroastrienne connue dans la tradition post-avestique comme l’un des juges de l’au-delà. L’A. présente cette figure divine, sans équivalent indien et absent des Gāϑā, comme celle qui, déjà dans l’Avesta, s’assure du maintien de la justice et de la rectitude, notamment par le recours à l’ordalie (avestique varah-).

2Après une introduction portant principalement sur les aspects structurels et linguistiques du bref Yašt 12 (38 strophes) et sur la présentation de l’édition de texte (p. 1-23), l’ouvrage présente un portrait du dieu Rašnu à travers les différents corpus zoroastriens (p. 24-29) suivi par un chapitre sur la cosmographie mythique telle que ce texte la décrit (p. 33-49), – et qui consiste en l’énumération des zones terrestres et célestes habitées par cette divinité –, tout en la comparant avec des parallèles avestiques et moyen-perses (en particulier le Bundahišn). Le chapitre 4 (p. 50-86) analyse en profondeur la question de l’ordalie, rituel patronné par Rašnu et permettant de déterminer, par l’intermédiaire du surnaturel, la culpabilité ou l’innocence d’une personne. Le serment peut constituer une étape importante de ce rituel dont aucune description ne nous est parvenue. Nous savons toutefois qu’un lieu et un moment spécifique de la journée lui étaient destinés et qu’il pouvait impliquer une mise à l’épreuve corporelle, par exemple par un contact avec une matière brûlante (eau, métal, feu...). Le problème philologique de la célèbre expression *saṷkantam hṷar- « boire du souffre » est bien exposé, sans que l’A. ne prenne part au débat. On saluera l’effort d’avoir relevé les occurrences de l’ordalie (mp. war) dans la littérature moyen-perse (auxquelles s’ajouterait un passage intéressant du Dēnkard III.169, DkD 693 = B 140 l.17-21, traduit par J. de Menasce 1973, p. 179). Le dossier des épisodes hagiographiques (Ādurbād Mahraspandān, Zaraϑuštra, Ardā Wirāz) aurait pu tirer profit des récits périphériques aux textes zoroastriens (par ex. Siyāwaš dans le Shāhnāme, et Mar Aba et Pethion dans les textes chrétiens). Le dernier chapitre (p. 87-207) comprend l’édition critique de chaque strophe, suivie de sa traduction et d’un commentaire philologique. Un glossaire, une bibliographie, des index verborum et locorum complètent cet ouvrage qui tend à s’imposer comme une référence indispensable pour tout spécialiste des langues iraniennes anciennes et du zoroastrisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samra Azarnouche. Leon Goldman, « Leon Goldman. Rašn Yašt. The Avestan Hymn to ‘Justice’ », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 11, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/43037 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.43037

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search