Navigation – Plan du site
6
Sebastian P. Brock

Sebastian P. Brock. The Martyrs of Mount Berʾain

Compte-rendu réalisé par Christelle Jullien
Référence(s) :

Sebastian P. Brock. The Martyrs of Mount Berʾain. With introduction of Paul C. Dilley. Piscataway: Gorgias Press, 2014, XXXIV-94 p., (Persian Martyr Acts in Syriac: Text and Translation 4), ISBN 978-1-4632-0421-1.

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Paul C. Dilley
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit fascicule est le quatrième de la collection initiée en 2009 par Adam Becker chez Gorgias Press sur les martyrologies perses rédigées en syriaque. S. P. Brock offre une version anglaise des martyrs du Mont Berʾayn introduite par une présentation concise des divers manuscrits (p. xxxi-xxxiv). Cette traduction est basée sur le ms. Add. 12174 de la British Library, bien meilleur que le Sachau 222 sur lequel s’était appuyé P. Bedjan pour son édition de 1891 (Acta martyrum et sanctorum syriace II, Paris, Leipzig, 1891, p. 1-39) qui comporte quelques corruptions. Ce manuscrit est de provenance syro-occidentale, ce qui montre que le récit original composé en milieu syro-oriental fut intégré à la tradition syro-orthodoxe vers la fin du XIIe siècle au plus tard. L’histoire raconte la conversion et le martyre de trois notables perses mazdéens, Ādur-Farro(x), Mihr-Narse(h) et leur sœur Māh-dukht, sous le règne de Šābuhr II. Le narrateur syriaque reprend les éléments traditionnels des polémiques mazdéo-chrétiennes, tout en insistant aussi sur l’ancrage culturel perse des chrétiens dans l’empire sassanide. P. C. Dilley propose dans une brève introduction (p. ix-xxix) quelques jalons historiques : il fournit une synopse détaillée des principales séquences de l’histoire ; la date de composition est située vers le milieu du VIIe siècle ; le rédacteur en est Gabriel dit “la vache” du monastère de Bēth-ʿAbē. L’A. suggère qu’il pourrait s’agir de l’une de ces commandes littéraires faites par le catholicos Īšōʿyahb III, qui appartenait lui-même à l’aristocratie perse à l’instar des protagonistes du récit. Les données topologiques du texte, en relation avec le Bēth-Garmaï, montrent qu’il s’agirait d’un culte local sans doute familier à l’auteur syriaque qui était originaire de la région. La date donnée pour le martyre est 318/319, mais comme le montre P. Dilley, il s’agirait d’une transposition sous Šābuhr II d’une passion historique vécue vraisemblablement à la fin de la période sassanide (plutôt qu’au début de l’époque arabe), compte tenu des éléments internes du récit, spécialement la conversion d’aristocrates perses zoroastriens. Le recours à un vocabulaire moyen-perse et surtout à des symboles ou à une imagerie zoroastriens tendrait à souligner le caractère tardif de la rédaction. Dans une dernière partie, la plus substantielle (p. xix-xxix), l’A. s’intéresse au contexte biblique et zoroastrien de la narration dans le cadre des polémiques mazdéo-chrétiennes. Comme de coutume dans cette série, un index des noms propres et un autre consacré aux références bibliques concluent l’ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Jullien. Sebastian P. Brock, « Sebastian P. Brock. The Martyrs of Mount Berʾain », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 6, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/43465

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page