Navigation – Plan du site
2
Kaori O’Connor

Kaori O’Connor. The Never-Ending Feast: The Anthropology and Archaeology of Feasting

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn
Référence(s) :

Kaori O’Connor. The Never-Ending Feast: The Anthropology and Archaeology of Feasting. London, New York : Bloomsbury Academic, 2015, 256 p., 21 ill.

Texte intégral

1Constatant que le banquet est une institution culturelle mondialement répandue, l’A. passe en revue son histoire en Grèce antique, au Proche Orient ancien (Mésopotamie, Assyriens, Achéménides), en Mongolie et en Extrême Orient (Chine et Japon) de 4000 av. J.-C. à 1600 ap. J.-C.

2Le but de cette large synthèse est de consolider la base d’informations sur laquelle toute étude se fonde. Le banquet, que l’A. considère aussi à la lumière des théories de « consommation démonstrative » (conspicuous consommation) de T. Veblen, allie de nombreux aspects sociétaux (rites, pratiques) et religieux (mythes). Au Proche Orient ancien le banquet est un service rendu aux dieux, dont les hommes profitent en retour. Pour la Perse achéménide (p. 61-83) l’A. décrit la préparation rituelle de la plante encore non identifiée haoma ou soma, l’ordre des hôtes, la tenue du Grand Roi, les mets consommés ou encore la musique accompagnatrice. Sans apporter du nouveau ce chapitre est une bonne synthèse que le lecteur pourra d’autant mieux apprécier qu’elle est replacée dans un contexte historique très large.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. Kaori O’Connor, « Kaori O’Connor. The Never-Ending Feast: The Anthropology and Archaeology of Feasting », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 2, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/44069

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page