Navigation – Plan du site
33
Josette Elayi et Alain G. Elayi

Josette Elayi, Alain G. Elayi. « Arwad, cité phénicienne du nord »

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn
Référence(s) :

Josette Elayi, Alain G. Elayi. « Arwad, cité phénicienne du nord », Transeuphratène (Supplément n° 19), 2015, 254 p., 13 fig. et 15 pl.

Texte intégral

1Arwad est une île située à 2,5 km de la côte syrienne en face de Tartous. Jusqu’à la guerre actuelle, elle était une attraction touristique qui frappait e.a. par les énormes blocs de pierre appareillés. Ceux-ci sont difficilement datables mais pourraient remonter à l’époque perse. Arwad, par exemple déjà mentionnée dans les textes d’Ebla vers 2500 av. J.-C., est certainement habitée depuis une haute antiquité. On n’en connait toutefois presque rien, l’habitation et la reconstruction permanentes en ayant détruit les traces. Elles restent les sources lacunaires et très hétérogènes essentiellement couvertes par les monnaies et les textes accadiens (URU/KUR a-ru-a-da/a-ru-ad-da), phéniciens (ͻRWD) et grecs (Arados), sur lesquelles cette monographie repose. L’île devra faire face à la domination assyrienne et babylonienne et deviendra à l’époque achéménide une cité phénicienne importante avec sa propre dynastie et son propre monnayage. Située au nord des autres grandes cités phéniciennes Byblos, Tyr et Sidon, Arwad entretenait des relations étroites avec Chypre et l’Anatolie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. Josette Elayi et Alain G. Elayi, « Josette Elayi, Alain G. Elayi. « Arwad, cité phénicienne du nord » », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 33, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/44226

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page