Navigation – Plan du site
23
Pier Giorgio Borbone et Pierre Marsone

Pier Giorgio Borbone, Pierre Marsone (eds.). Le christianisme syriaque en Asie centrale et en Chine

Compte-rendu réalisé par Christelle Jullien
Référence(s) :

Pier Giorgio Borbone, Pierre Marsone (eds.). Le christianisme syriaque en Asie centrale et en Chine. Paris : Geuthner, 2015, 307 p. (Études syriaques 12), ISBN 978-2-7053-3937-1.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble les conférences d’une table ronde, augmentées de quelques études supplémentaires, sur l’histoire du christianisme d’expression syriaque en Asie centrale et en Chine. Les AA. soulignent la dimension plurielle de ce christianisme qui s’est développé dans ces régions en diverses expressions christologiques à la suite des mouvements missionnaires, des déportations, des déplacements de populations en raison des conflits armés ou des occupations commerciales. Mais ce sont surtout les missions syro-orientales initiées par les cadres hiérarchiques de l’Église de Perse qui furent à l’origine de l’expansion du christianisme et de l’implantation durable de communautés chrétiennes in situ – et le monachisme joua à cet égard un rôle non négligeable. Groupes chrétiens syro-orientaux de Mésopotamie, de Babylonie ou Perse, syro-orthodoxes de Syrie ou d’Arménie, melkites originaires de l’Antiochène, de la Syrie ou de la région de Hérat se sont ainsi disséminés parmi les populations turques, sogdiennes, mongoles ou chinoises, parfois en concurrence.

2Quatre thèmes se dégagent parmi les articles classés en ordre plutôt chronologique. D’abord, une présentation séquencée du christianisme syriaque aux VIIe-Xe siècles (P. Riboud, « Le christianisme syriaque à l’époque Tang », p. 41-61) et aux XIIIe-XIVe siècles dans la Chine des Mongols Yuan (L. Tang, « Le christianisme syriaque dans la Chine des Mongols Yuan : diffusion, statut des chrétiens et déclin (XIIIe-XIVe siècles) », p. 63-88). Deux études donnent en synthèse l’histoire de sa diffusion en Asie centrale : M. Dickens esquisse un panorama des diverses attestations connues dans le corpus des sources syriaques sur un créneau chronologique très vaste qui s’étend du IIIe siècle – avec une première mention dans l’œuvre du philosophe Bardesane d’Édesse – à la quasi extinction du christianisme dans le royaume timouride aux XVe-XVIe siècles (« Le christianisme syriaque en Asie centrale », p. 5-39) ; P. G. Borbone décrit les relations entre les provinces dites “de l’extérieur” et l’Église syro-orientale (« Les “provinces de l’extérieur” vues par l’Église-mère », p. 121-157) dont le siège patriarcal se trouvait à Séleucie-Ctésiphon (Kokhē), et plus tard à Bagdad. Quelques articles ont trait aux données archéologiques, et spécialement aux inscriptions : B. Ashurov analyse les éléments d’une acculturation matérielle de l’Église d’Orient en Asie centrale à travers les témoignages des sources primaires (« Inculturation matérielle de l’Église d’Orient en Asie centrale : témoignages archéologiques », p. 161-183) ; A. Desreumaux présente la collection des pierres tombales du Turkestan conservées en France (« La collection des pierres tombales du Turkestan conservées à Paris et à Lyon », p. 237-256) ; T. Osawa et H. Takahashi évoquent les inscriptions d’Ulaan Tolgoi de Mongolie centrale (« Le prince Georges des Önggüt dans les montagnes de l’Altaï de Mongolie : les inscriptions d’Ulaan Tolgoi de Doloon Nuur », p. 257-290). Un dernier thème porte sur la littérature et l’étude des fonds documentaires : une vue d’ensemble des textes (souvent fragmentaires) chrétiens en sogdien retrouvés dans l’oasis de Turfan et dans le monastère de Bulayïq (C. Barbati, « La documentation sogdienne chrétienne et le monastère de Bulayïq », p. 89-120) et produits à partir du syriaque ; une mise à jour des dernières analyses sur les manuscrits chrétiens de Qara Qoto (N. Smelova, « Manuscrits chrétiens de Qara Qoto : nouvelles perspectives de recherche », p. 215-236) ; un examen des textes chrétiens en langue vieux-turc ou vieil-ouïghour (P. Zieme, « Notes sur les textes chrétiens en vieux ouïghour », p. 185-198) attestée entre les VIIe et XIIIe siècles ; une chrestomathie de la littérature chrétienne orientale à partir du VIIe siècle en Chine (M. Deeg, « La littérature chrétienne orientale sous les Tang : un bref aperçu », p. 199-214). Cet ouvrage offre un panorama synthétique très utile des connaissances et des sources sur les communautés chrétiennes syriaques de ces régions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Jullien. Pier Giorgio Borbone et Pierre Marsone, « Pier Giorgio Borbone, Pierre Marsone (eds.). Le christianisme syriaque en Asie centrale et en Chine », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 23, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/44579

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page