Navigation – Plan du site
127
Simone Cristoforetti

Il natale della luce. Il sada tra Baghdad e Bukhara tra il IX e il XII secolo. Mimesis, Milano, 2002, 379 p.

Compte-rendu réalisé par Michele Bernardini

Texte intégral

1Cet ouvrage trace l’histoire de la célébration du sade pendant une période qui va de la fin du 9e au 12e s. Dans le premier chapitre, après un excursus critique sur les principaux travaux et sur la typologie des sources utilisées, l’A. mentionne les descriptions historiques des célébrations qui se déroulèrent à l’époque ziyaride et samanide, comme celles de 902-03 pour Mardâvij b. Ziyâr, ou pour Naṣr b. Aḥmad Sâmâni (r. 914 - 942-43). Dans ce cadre sont aussi mentionnés deux sades tenus pour Bajkam, le ghulâm turc de Mardâvij b. Ziyâr. Ces premières manifestations du sade provenant des sources arabes et persanes, permettent à l’A. de reconsidérer certaines hypothèses concernant le système selon lequel on fixait la date du sade (le centième jour de l’hiver). L’A. analyse les éléments chrétiens et ceux d’Asie centrale – “le système altaïque” envisagé par Altan Gokalp – en proposant une nouvelle hypothèse “iranique”. L’A. retrace ainsi l’occurrence des célébrations du sade aux époques buyide, ghaznavide et seldjoukide en utilisant de nouvelles sources, notamment Muqaddasi et Bayhaqi (ce dernier se référant à l’époque de Mas‘ud Ier). La célébration du sade à l’époque ghaznavide semble attestée une dernière fois au 12e s. à l’époque de Arslanšâh b. Mas‘ud III. Quant aux Seldjoukides, l’A. souligne l’importance de la célébration à l’époque de Malikšâh.

2Le deuxième chapitre est dédié aux modalités des célébrations. Celle d’allumer les feux en brûlant des animaux vivants ainsi que des noix et des amandes représente certes une question intéressante, aussi bien en ce qui concerne un héritage préislamique éventuel qu’une élaboration postérieure pour laquelle l’A. évoque la possibilité d’un rituel laïque. L’A. ne manque pas de souligner la présence dans la littérature poétique de ce thème, attesté parmi d’autres chez Farroxi, ‘Asjadi, ‘Onṣori, Manučehri et Moxtari. Parmi les auteurs arabes, il faut souligner le témoignage d’Aḥmad b. Baššâr, rapporté par Ibn al-Faqih al-Hamadâni, qui paraît être une véritable description d’un usage tout à fait répréhensible aux yeux du lettré “étranger”. D’autres sources, telles que al-Ÿuli, soulignent la tradition concernant les cadeaux en décrivant un sade qui se tint à l’époque du ghulâm Bajkam.

3En guise de conclusion, dans le dernier chapitre du livre, l’A. cherche à saisir les origines incertaines des données fournies par les sources narratives sur le sade islamique. Il note une tendance à mélanger des thèmes différents, comme l’analogie entre le sade et le mehragân le suggère. Ainsi il analyse certaines explications et pseudo-étymologies anciennes, notamment celle rapportée par Biruni, Gardizi, Zakariyâ Qazvini et Qalqašandi, qui prétendent dériver le sade du rappel de la célébration du mariage des cent fils de Kay‚mart (ou d’Adam et Ève). En revanche, pour Ferdowsi le sade serait la célébration de la victoire de Hošang contre le serpent/dragon noir. D’autres le considèrent une commémo-ration de l’avènement au trône du même Hošang, de la victoire de Zâv (Zâb) fils de Ṭahmâsp sur Afrâsyâb, ou encore de l’allumage de feux par les survivants du conflit entre Fereydun et Ẓahhâk. Biruni nous informe aussi du fait que le sade est l’œuvre d’Ardašir Ier. Toutes ces indications portent l’A. vers une analyse d’ensemble du sade dans laquelle il trace un cadre de référence complexe pour définir ce mythe de renouvellement qui est lié au solstice d’hiver.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michele Bernardini. Simone Cristoforetti, « Il natale della luce. Il sada tra Baghdad e Bukhara tra il IX e il XII secolo. Mimesis, Milano, 2002, 379 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 127, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4460

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page