Navigation – Plan du site
35
 Haya Al Thani

Mario Kozah, Abdulrahim Abu-Husayn, Saif Shaheen Al-Murikhi, Haya Al Thani (eds). The Syriac Writers of Qatar in the Seventh Century

Compte-rendu réalisé par Florence Jullien
Référence(s) :

Mario Kozah, Abdulrahim Abu-Husayn, Saif Shaheen Al-Murikhi, Haya Al Thani (eds). The Syriac Writers of Qatar in the Seventh Century. Piscataway: Gorgias Press, 2014, 298 p. ISBN 978-1-4632-0355-9, (Gorgias Eastern Christian Studies 38)

Texte intégral

1Cet ouvrage fait suite à un colloque tenu à Qatar University (Doha) en partenariat avec l’Université américaine de Beyrouth en 2014, dans le cadre d’un programme de recherche financé par le Qatar National Research Fund. Il se propose de jeter des bases pour des recherches futures sur l’aire du Bēth-Qaṭrāyē durant l’Antiquité tardive et au début de l’islam. Le VIIe siècle fut une période étonnamment prolifique et riche pour l’histoire monastique et littéraire syriaque dans le Bēth-Qaṭrāyē. Nombre d’auteurs ascétiques, originaires de cette région du Golfe ou qui y furent formés, furent considérés comme des maîtres spirituels de premier plan, dont l’influence, notamment sur la vie monastique et mystique, se prolongea au-delà des siècles. Sans doute le monastère de Rabban Šābuhr joua-t-il un rôle central dans la formation spirituelle et ascétique de ces moines du Qatar (voir F. Jullien, « Rabban-Šāpūr, un monastère au rayonnement exceptionnel. La réforme d’Abraham de Kaškar dans le Bēth-Hūzāyē », Orientalia Christiana Periodica 72, 2006, p. 333-348).

2Après une introduction qui expose les principaux jalons de l’entreprise (M. Kozah, p. 11-32), le livre collectif s’ouvre par une utile présentation des vestiges archéologiques retrouvés dans cette région du golfe Persique (H. Al Thani, « An Archaeological Survey of Beth Qatraye », p. 33-46), et par un panorama historique du christianisme en Arabie entre le IVe et le IXe s. (S. A. Mourad, « Christianity in Arabia: An Overview (4th-9th Centuries CE) », p. 47-70). A. R. Chamseddine analyse ensuite le terme coranique de ḥanif (adepte du monothéisme abrahamique), à la lumière de la documentation syriaque (« The Quranic Word hanif and its Explanation in the Light of the Syriac Root », p. 71-80). Trois études sont dévolues à la figure monastique et mystique syro-orientale la plus influente, celle d’Isaac de Ninive : G. Kessel réalise une recension très commode de tous les manuscrits syriaques de cet auteur magistral (« The Manuscript Heritage of Isaac of Nineveh: A survey of Syriac Manuscripts », p. 81-102) ; M. Hansbury effectue une analyse des influences bibliques et scripturaires dans la IIIe partie de l’œuvre d’Isaac, issues notamment les traditions juives et islamiques (« Remembrance of God and its Relations to Scripture in Isaac III Including insights from Islamic and Jewish Traditions », p. 103-132) ; S. Chialà s’intéresse à l’approche apocatastatique de l’évêque de Ninive dans deux discours de la Ve partie, soulignant l’importance de l’expérience spirituelle personnelle de l’auteur dans ces positionnements (« Two Discourses of the “Fifth Part” of Isaac the Syrian’s Writings: Prolegomena for Apokatastasis? » p. 133-142). D’autres écrivains moins connus sont présentés : Aḥūb du Qatar, un exégète biblique (B. ter Haar Romeny, « Syriac Biblical Interpretation from Qatar: Ahob of Qatar », p. 143-164), et Gabriel du Bēth-Qaṭrāyē, témoin et exemple du développement et de la richesse de la vie intellectuelle des chrétiens syriaques au tournant du VIIe siècle (S. P. Brock, « Gabriel of Beth Qatraye as a Witness to Syriac Intellectual Life c. 600 CE », p. 165-178). Comme en écho, l’étude de T. A. Carlson fait le point sur la réception de ces auteurs syriaques qaṭrāyē en Iraq à l’époque médiévale tardive, montrant ainsi la pérennité de l’impact de ces auteurs dans les milieux culturels (« The Future of the Past: The Reception of Syriac Qatraye Authros in Late Medieval Iraq », p. 179-204). Puis viennent trois contributions, la première sur l’une des œuvres les plus connues du célèbre Dadīšōʿ Qaṭrāyā, son commentaire abrégé du Paradis des Pères d’Égypte : M. Kozah, chargé de l’édition du texte en garshuni, en présente les grandes lignes (« Dadishoʿ Qatraya’s Compendious Commentary on the Paradise of the Egyptian Fathers in Garshuni – A Case of Manuscript Mistaken Identity », p. 205-216) ; dans la seconde, D. Phillips montre l’influence des écrits de Théodore de Mopsueste, l’Interprète par excellence pour les chrétiens syro-orientaux, dans l’ouvrage de Dadīšōʿ (« Lost and found: Dadishoʿ Qatraya’s Commentary on the Paradise of the Fathers as a witness to the works of Theodore of Mopsuestia », p. 217-240). La troisième, de R. A. Kitchen, étudie les liens entre le monachisme d’Ethiopie et les développements du monachisme dans le Bēth-Qaṭrāyē (« The Book of Monks: Ethiopian Monasticism via Beth Qatraye », p. 241-258).

3L’ensemble se clôt par une réflexion sur l’influence du christianisme parmi les tribus arabes du pourtour du Golfe durant les VIe et VIIe siècles (S. S. Al-Murkihi, « The Influence of Christianity Among the Arab Tribes in the Gulf Area During the Sixth and Seventh Centuries A.D. », p. 259-278), suivie d’une bibliographie fournie sur la thématique. Ce volume s’accompagne d’un second tome complémentaire, qui formera une anthologie des grands textes des auteurs du Bēth-Qaṭrāyē ; la publication est prévue pour 2016. Signalons, des mêmes éditeurs, An Anthology of Syriac Writers from Qatar in the Seventh Century, (Gorgias Eastern Christian Studies 39), Piscataway : Gorgias Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Jullien.  Haya Al Thani, « Mario Kozah, Abdulrahim Abu-Husayn, Saif Shaheen Al-Murikhi, Haya Al Thani (eds). The Syriac Writers of Qatar in the Seventh Century », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 35, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/45193

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page