Navigation – Plan du site
147
David Morgan

« Reflections on Mongol Communications in the Ilkhanate », in : Carole Hillenbrand, ed., Studies in Honour Clifford Edmund Bosworth, vol. II. Leiden, Brill, 2000, pp. 376-385.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Texte intégral

1Les institutions mongoles ont été, en général, bien étudiées, à l’exception du système de communication, le yam (mongol : jam). Le fonctionnement du yam a cependant fait l’objet d’une étude approfondie pour la Chine des Yüan (P. Olbricht, Das Postwesen in China unter der Mongolenherrschaft im 13. und 14. Jahrhundert, Wiesbaden, Harrassowitz, 1954).

2L’A. discute dans cet article de l’institution et du fonctionnement du yam, en particulier sous les Ilkhans. S’appuyant sur une analyse critique des sources disponibles (Histoire secrète des Mongols, Ta’rīḫ-i jahāngušā de Juvaynī et Jāmi al-tawārīḫ de Rašīd al-Dīn), il conteste la date avancée (1234) pour la fondation de cet importante institution par le grand-khan Ögödei. Mais, selon D. Morgan, le système devait déjà fonctionner avant cette date. En fait, il est difficile d’expliquer les différences dans le fonctionnement du yam que l’on peut constater, à la lumière des travaux d’Olbricht, entre la Chine des Yüan et l’Iran des Ilkhans. L’A. suppose que ces différences s’expliquent en grande partie par les lacunes et l’imprécision des sources islamiques auxquelles s’ajoute la surévaluation donnée par Rašīd al-Dīn aux réformes de Ġāzān-ḫān.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. David Morgan, « « Reflections on Mongol Communications in the Ilkhanate », in : Carole Hillenbrand, ed., Studies in Honour Clifford Edmund Bosworth, vol. II. Leiden, Brill, 2000, pp. 376-385. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 147, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4551

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page