Navigation – Plan du site
149
Donald S. Richards

The Annals of the Saljuq Turks (Selections from al-Kâmil fî l-Tarîkh of ‘Izz al-Dîn Ibn al-Athîr). Londres, Routledge Curzon, 2002, 311 p., index.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Texte intégral

1Ce livre est une traduction partielle des passages du Kāmil d’Ibn al-Aṯīr concernant les Saljuqs entre les années 420/1029 et 490/1096-7 : on y trouve donc le récit de l’irruption des nomades ghuzz en Iran, des conquêtes réalisées par Toghril et Caghri aux dépens des Ghaznavides et des Bouyides, du règne de Malik-Šāh et de son vizir Niẓām al-Mulk, et enfin des premières années de la crise dynastique qui débuta en 485/1092. La décision de Richards d’arrêter sa traduction en 490/1096-7, en plein milieu des luttes entres les fils de Malik-Šāh, est pour le moins surprenante (une date plus significative aurait pu être choisie), mais c’est surtout la sélection des passages traduits qui pose problème : en ne choisissant de retenir que les développements traitant directement des Saljuqs, Richards opère une sélection arbitraire et parfois discutable dans le texte d’Ibn al-Aṯīr (c’est particulièrement vrai pour les années 420-440 où sont supprimés les passages concernant les dynasties bouyide, kâkuyide et ‘annazide, alors qu’ils sont indispensables pour comprendre le déroulement de la conquête saljuque). Il n’y a guère à redire à la traduction en elle-même, son auteur étant rompu à l’art de la traduction (il a récemment fait paraître une nouvelle version du Nawādir al-sulṭāniyya d’Ibn Šaddād) et ayant déjà consacré plusieurs articles à l’œuvre d’al-Aṯīr. Naturellement, on peut relever ici et là quelques erreurs (cf. mon compte-rendu dans le Bulletin Critique des Annales Islamologiques, 2004).

2Pour le chercheur, le principal intérêt de cette traduction réside indéniablement dans la mise en perspective du texte d’Ibn al-Aṯīr avec les deux chroniques iraquiennes qui, par leur forme et leurs matériaux, se rapprochent le plus du Kāmil : le Muntaẓam d’Ibn al-Jawzī et le Mir’āt al-zamān de Sibt ibn Jawzī. Pour chaque événement, Richards mentionne le cas échéant les omissions d’Ibn al-Aṯīr, souvent en traduisant in extenso les passages correspondants. Ces éclairages sont particulièrement utiles, surtout pour ce qui concerne les années 448 à 479 ; inversement, on regrettera que cette confrontation n’ait pas été plus systématique, et que les chroniques de Ḥusaynī et de ⁽Imād al-Dīn ne soient cités qu’épisodiquement. Plus gênante est l’absence de toute référence à l’historiographie persane : Beyhaqī et Ẓahīr al-Dīn Nīšāpūrī ne sont jamais utilisés, ni même mentionnés dans la bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Donald S. Richards, « The Annals of the Saljuq Turks (Selections from al-Kâmil fî l-Tarîkh of ‘Izz al-Dîn Ibn al-Athîr). Londres, Routledge Curzon, 2002, 311 p., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 149, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4558

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page