Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 254. Histoire, Période Musulmane4.1. Histoire médiévaleDonald S. Richards. The Annals of...

4. Histoire, Période Musulmane
4.1. Histoire médiévale
149

Donald S. Richards. The Annals of the Saljuq Turks (Selections from al-Kâmil fî l-Tarîkh of ‘Izz al-Dîn Ibn al-Athîr). Londres, Routledge Curzon, 2002, 311 p., index.

David Durand-Guédy

Texte intégral

1Ce livre est une traduction partielle des passages du Kāmil d’Ibn al-Aṯīr concernant les Saljuqs entre les années 420/1029 et 490/1096-7 : on y trouve donc le récit de l’irruption des nomades ghuzz en Iran, des conquêtes réalisées par Toghril et Caghri aux dépens des Ghaznavides et des Bouyides, du règne de Malik-Šāh et de son vizir Niẓām al-Mulk, et enfin des premières années de la crise dynastique qui débuta en 485/1092. La décision de Richards d’arrêter sa traduction en 490/1096-7, en plein milieu des luttes entres les fils de Malik-Šāh, est pour le moins surprenante (une date plus significative aurait pu être choisie), mais c’est surtout la sélection des passages traduits qui pose problème : en ne choisissant de retenir que les développements traitant directement des Saljuqs, Richards opère une sélection arbitraire et parfois discutable dans le texte d’Ibn al-Aṯīr (c’est particulièrement vrai pour les années 420-440 où sont supprimés les passages concernant les dynasties bouyide, kâkuyide et ‘annazide, alors qu’ils sont indispensables pour comprendre le déroulement de la conquête saljuque). Il n’y a guère à redire à la traduction en elle-même, son auteur étant rompu à l’art de la traduction (il a récemment fait paraître une nouvelle version du Nawādir al-sulṭāniyya d’Ibn Šaddād) et ayant déjà consacré plusieurs articles à l’œuvre d’al-Aṯīr. Naturellement, on peut relever ici et là quelques erreurs (cf. mon compte-rendu dans le Bulletin Critique des Annales Islamologiques, 2004).

2Pour le chercheur, le principal intérêt de cette traduction réside indéniablement dans la mise en perspective du texte d’Ibn al-Aṯīr avec les deux chroniques iraquiennes qui, par leur forme et leurs matériaux, se rapprochent le plus du Kāmil : le Muntaẓam d’Ibn al-Jawzī et le Mir’āt al-zamān de Sibt ibn Jawzī. Pour chaque événement, Richards mentionne le cas échéant les omissions d’Ibn al-Aṯīr, souvent en traduisant in extenso les passages correspondants. Ces éclairages sont particulièrement utiles, surtout pour ce qui concerne les années 448 à 479 ; inversement, on regrettera que cette confrontation n’ait pas été plus systématique, et que les chroniques de Ḥusaynī et de ⁽Imād al-Dīn ne soient cités qu’épisodiquement. Plus gênante est l’absence de toute référence à l’historiographie persane : Beyhaqī et Ẓahīr al-Dīn Nīšāpūrī ne sont jamais utilisés, ni même mentionnés dans la bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy, « Donald S. Richards. The Annals of the Saljuq Turks (Selections from al-Kâmil fî l-Tarîkh of ‘Izz al-Dîn Ibn al-Athîr). Londres, Routledge Curzon, 2002, 311 p., index. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 149, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4558 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.4558

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search