Navigation – Plan du site
151
Maria E. Subtelny

Le monde est un jardin : aspects de l’histoire culturelle de l’Iran médiéval. Paris, AAEI, 2002, 165 p., fig., index.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce livre rassemble les textes des cinq conférences prononcées en français par Maria Subtelny, professeur à l’Université de Toronto, dans le cadre des premières Conférences d’Etudes iraniennes Ehsan et Latifeh Yarshater en 2001. L’A. a cherché à définir l’importance fondamentale jouée par l’agriculture sur l’économie, la politique, la société et la culture de l’Iran médiéval (le sous-titre, qui laisse penser que le livre ne traite que de culture, est trompeur).

2Le livre est structuré en cinq chapitres. Le premier expose les caractéristiques de l’agriculture iranienne, en insistant moins sur les techniques que sur le système administratif sur lequel elle se basait. Le deuxième chapitre montre comment les dynasties d’origine nomade qui régnèrent sur l’Iran à partir du 11e s. furent incitées à appréhender avec sollicitude l’agriculture, notamment par le biais des miroirs des princes et des « cercles de justice ». Le troisième chapitre démontre que contrairement aux idées reçues, la fondation pieuse (vaqf ) était un moyen satisfaisant d’organisation agricole, comme le prouve les exemples des grands mausolées d’Hérat, de Mashhad et de Mazâr-i Sharif. Le quatrième chapitre s’intéresse à ce que l’A. appelle la « quintessence de l’agriculture irriguée » iranienne, à savoir le jardin persan que l’on retrouvait déjà dès la plus haute Antiquité associé à la royauté ; la forme du jardin, constitué de nodules reproductibles, est présentée en détail à partir de la description extrêmement précise qui en est faite dans le Iršād al-zirā⁽a (son auteur était proche du plus grand architecte paysagiste de l’époque timouride, Mīrak Sayyid Ġiyāṯ). Enfin le dernier chapitre aborde le jardin par le biais de la poésie, pour en faire le lieu mystique de transformation spirituelle, de la perte de soi et de la découverte de la vérité. Ainsi, au terme des cinq chapitres, le lecteur a subi une véritable élévation : du concret vers l’abstrait, du tangible vers l’immatériel, de la terre vers la poésie, de la nature vers la culture.

3Pour chacune des questions traitées, Subtelny prend soin de la replacer dans une perspective globale, en rappelant l’état de la recherche et en renvoyant à une abondante bibliographie. Les termes principaux de son argumentation sont quant à eux tirés de l’histoire timouride, domaine de prédilection de l’A. La source fondamentale à la base de ce livre est sans conteste l’Iršād al-zirā⁽a, un traité rédigé au début du 10e/16e s. à l’intention du premier safavide, qui fonctionne à la fois comme un miroir des princes et un traité d’agriculture. Le monde est un jardin est un ouvrage ambitieux et brillant par bien des aspects, et dont les analyses inédites devraient susciter un grand intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Maria E. Subtelny, « Le monde est un jardin : aspects de l’histoire culturelle de l’Iran médiéval. Paris, AAEI, 2002, 165 p., fig., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 151, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4576

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page