Navigation – Plan du site
152
Deborah Tor

« Toward a revised understanding of the ‘Ayyâr phenomenon », in : Maria Szuppe, éd., Iran : Questions et connaissances. Actes du IVe congrès européen des études iraniennes, organisé par la Societas Iranologica Europaea, Paris, 6-10 septembre 1999, vol. II : Périodes médiévale et moderne. Paris, Peeters/AAEI, 2002, pp. 231-254.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Maria Szuppe, M. Zakeri
Haut de page

Texte intégral

1Avant les travaux de Claude Cahen, les « ayyâruns » avaient été sévèrement jugé par les historiens modernes qui reproduisaient tels quels les jugements de valeur produits par l’historiographie bagdadienne de la fin du califat ‘abbasside. Récemment, le phénomène a été entièrement réévalué par M. Zakeri dans un ouvrage important (Sasanid Soldiers in Early Muslim Society, 1995). Cet article de Deborah Tor participe de la même démarche. L’A. cherche à identifier les emplois pris par le terme « ⁽ayyār » dans plusieurs types de sources que les historiens ont tendance à délaisser. Une étude systématique des dictionnaires arabes médiévaux (Ibn Durayd, al-Fārābī, al-Azharī, Ibn Fāris, Ibn Sida, al-Mutarrizi, al-Saghāni, Ibn Manzur, al-Firzābād, j al-arūs) prouve que le mot a été créé tardivement (muwallad) et qu’il n’avait pas de sens négatif avant la fin de la période bouyide. Ensuite, l’analyse de plusieurs textes historiques et littéraires persans (Šāh-nāme, Rūdakī, Tārīḫ-e Sīstān, Qābūs-nāme) confirme les conclusions de Zakeri, qui avait situé le ayyār dans les catégories sociales élevées et non dans la plèbe urbaine. A ce titre, Tor ébauche une comparaison avec la figure du chevalier dans l’Europe occidentale en utilisant les analyses de Duby. Malgré des erreurs formelles regrettables (dans la translittération notamment, cf. p. 244) et des oublis (l’article de Cheikh-Moussa in : Arabica n° 43), il s’agit d’un article important et surtout exemplaire de la méthode qui devrait guider les historiens de cette période, trop souvent oublieux de l’historicité des sources sur lesquels ils travaillent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Deborah Tor, « « Toward a revised understanding of the ‘Ayyâr phenomenon », in : Maria Szuppe, éd., Iran : Questions et connaissances. Actes du IVe congrès européen des études iraniennes, organisé par la Societas Iranologica Europaea, Paris, 6-10 septembre 1999, vol. II : Périodes médiévale et moderne. Paris, Peeters/AAEI, 2002, pp. 231-254. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 152, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4577

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page