Navigation – Plan du site
70
Askari Chaverdi, Alireza, Callieri, Pierfrancesco, Matin, Emad et Basello, Gian Pietro

Alireza Askari Chaverdi, Pierfrancesco Callieri, Emad Matin. ‘‘Tol-e Ajori: a Monumental Gate of the Early Achaemenian period in the Persepolis Area. The 2014 excavation season of the Iranian-Italian project ‘‘From Palace to Town’’, with an appendix by Gian Pietro Basello, A fragment of another inscribed glazed brick from Tol-e Ajori’’

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn
Référence(s) :

Alireza Askari Chaverdi, Pierfrancesco Callieri, Emad Matin. ‘‘Tol-e Ajori: a Monumental Gate of the Early Achaemenian period in the Persepolis Area. The 2014 excavation season of the Iranian-Italian project ‘‘From Palace to Town’’, with an appendix by Gian Pietro Basello, A fragment of another inscribed glazed brick from Tol-e Ajori’’, AMI 46, 2014 [2016], p. 223-254

Texte intégral

1Dans le cadre du projet irano-italien “From Palace to Town”, la mission italienne travaille sur le site de Tol-e Ajori, à 3,5 km au sud-ouest de la terrasse de Persépolis. Depuis 2011 elle y fouille un bâtiment tout à fait particulier construit en briques cuites et non cuites. La mission de 2014 a permis d’éclaircir la fonction de ce bâtiment, dorénavant considéré comme une porte.

2Les premières briques émaillées furent découvertes isolées dès 2011. En 2014, 13 rangées de briques émaillées furent mises à jour sur un des murs de la porte. La décoration de briques émaillées, pour être bien connue dans le monde achéménide, n’a toutefois jamais été retrouvée sur une surface continue si grande. De plus, à Tol-e Ajori elles ornaient une porte. Elles étaient assemblées à l’aide de marques. Certaines ont des motifs floraux de rosettes, d’autres géométriques, d’autres encore sont monochromes. Enfin, un groupe appartient à des briques émaillées et en relief qui représentait un taureau, peut-être aussi un mušḫuššu. Deux fragments de briques portent des signes cunéiformes.

3Les briques sont techniquement et iconographiquement si proches de Babylone que la porte d’Ištar de cette ville a certainement servi de modèle. Aucun indice archéologique ne conforte la chronologie de cette porte qui a plusieurs phases de construction avant sa destruction finale. Cependant la ressemblance avec Babylone, et inversement, la dissemblance d’avec les briques de Suse et Persépolis, dicte une date de fabrication au tout début de l’époque achéménide. Les fouilleurs estiment la date de construction entre 539 et 518 av. JC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. Askari Chaverdi, Alireza, Callieri, Pierfrancesco, Matin, Emad et Basello, Gian Pietro, « Alireza Askari Chaverdi, Pierfrancesco Callieri, Emad Matin. ‘‘Tol-e Ajori: a Monumental Gate of the Early Achaemenian period in the Persepolis Area. The 2014 excavation season of the Iranian-Italian project ‘‘From Palace to Town’’, with an appendix by Gian Pietro Basello, A fragment of another inscribed glazed brick from Tol-e Ajori’’ », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 70, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/45782

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page