Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 254. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle4.2.1. Safavides et QâjârsWillem Floor. « The Economic Role...

4. Histoire, Période Musulmane
4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle
4.2.1. Safavides et Qâjârs
157

Willem Floor. « The Economic Role of the Ulama in Qajar Persia », in : Linda S. Walbridge, ed., The Institution of the Marja‘ Taqlid. Oxford University Press, 2001, pp. 52-81.

Jean Calmard

Entrées d’index

noms/names :

Qājārs
Haut de page

Texte intégral

1Les très nombreuses études dont nous disposons depuis plus de trente ans sur les olamā, leur influence, leur opposition au pouvoir politique sous les Qâjâr, abordaient certains aspects de leur importance économique. N’étant pas au centre d’une problématique plus vaste, cette importance était souvent examinée de manière très limitée. En se basant sur une très vaste documentation de sources primaires et secondaires, dont ses propres études publiées aussi depuis une trentaine d’années, W. Floor nous fournit une analyse claire et détaillée du rôle économique des olamā dans l’Iran Qâjâr. Regroupé sous des intitulés, l’exposé examine : la « taille » de la classe religieuse ; l’origine sociale des « religieux professionnels » ; l’ambivalence de l’appellatif « Mollâ » ; la catégorie « séparée » des seyyeds ; la dépendance financière des olamā; les sources de revenus des religieux (fortune personnelle ; revenus de fonctions administratives et juridiques, de fondations étatiques, d’aumônes et de dons, particulièrement ceux en nature et en numéraire octroyés aux seyyeds ; gestion de fondations pieuses, les vaqf, etc). Une importante section (p. 67ss.) est consacrée à la manière dont les revenus, parfois considérables (par exemple ceux du sanctuaire de Mašhad, tableau, p. 68), étaient dépensés, notamment pour l’éducation, les œuvres caritatives, les fêtes religieuses (dont les cérémonies du Moḥarram). Les ressources financières des olamā (environ 40% du budget de l’État) étaient accrues par l’association de certains avec la classe politique (dont beaucoup se prétendaient indépendants) ou l’utilisation d’agitateurs urbains comme les lūṭī (notamment à Ispahan, p. 61). Contrôlant de vastes propriétés foncières, certains spéculaient en thésaurant le blé (en cas de disette), sur le prix du pain ou de la viande, etc. Intéressés par le profit immédiat, les olamā n’avaient pas de « programme économique » à long terme. Leur xénophobie pouvait aller à l’encontre des intérêts des catégories sociales qu’ils étaient censés défendre (paysans, artisans, marchands). Comme le souligne l’auteur, cela est particulièrement manifeste avec leur action pour le rejet de la concession des tabacs (1891) qui ruina de nombreux agriculteurs et commerçants et entraîna l’Iran dans la dette extérieure (voir « Discussion », p. 73s.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Calmard, « Willem Floor. « The Economic Role of the Ulama in Qajar Persia », in : Linda S. Walbridge, ed., The Institution of the Marja‘ Taqlid. Oxford University Press, 2001, pp. 52-81. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 157, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4593 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.4593

Haut de page

Rédacteur

Jean Calmard

CNRS – Paris

Comptes rendus du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search