Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 254. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle4.2.1. Safavides et QâjârsMoḥammad-Taqī Neẓām Māfī. Īrān va...

4. Histoire, Période Musulmane
4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle
4.2.1. Safavides et Qâjârs
168

Moḥammad-Taqī Neẓām Māfī. Īrān va Engelīs, kerešme-ye ravābeṭ-e siyāsī. Tehrān, Ketāb-e Siyāmak, 1380, 408 p. [L’Iran et la Grande-Bretagne : clins d’œil dans les relations politiques]

Mansour Sefatgol

Entrées d’index

noms/names :

Safavides, Qājārs
Haut de page

Texte intégral

1De nombreuses études ont été effectuées sur le prélude des relations entre l’Iran et la Grande-Bretagne et leur parcours jusqu’à l’époque contemporaine. La plupart d’entre elles ont été menées à bien dans le cadre d’une perspective traditionnelle de la recherche historique. La présente recherche traite du même sujet mais sous un angle différent. Y sont en effet étudiées les relations perso-britanniques depuis l’époque des Safavides jusqu’au début de la période qâdjâre. Cependant, tous les aspects de ces relations n’ont pas été inclus, comme cela se fait normalement, dans le champ de cette recherche. C’est en combinant la méthode propre à la recherche historique et les procédés d’analyse de texte que l’auteur à traité ce sujet sur une période couvrant deux époques historiques, en l’occurrence celle de l’amorce des relations de la Grande-Bretagne avec la Perse à l’époque de Shâh Tahmâsb Ier, puis celle de leur évolution du temps de Shâh ‘Abbâs Ier en se concentrant sur la mission des frères Sherley. Dans cette recherche, la deuxième période étudiée recouvre le début de la reprise des relations sous le règne de Fath ‘Ali Shâh Qâdjâr. Selon l’auteur, il n’existait en principe pas de relations entre les deux pays durant l’intervalle de temps séparant ces deux périodes. Un tel point de vue n’est évidemment pas tout à fait exact car il est évident que même si, en raison de l’anarchie passagère d’alors, ces relations ont été quelque peu ternies, celles de l’Angleterre, voire de la Compagnie des Indes orientales, avec la Perse de l’époque de la dynastie Afshâr et plus encore celle de l’époque Zend, existaient bel et bien.

2L’A. concentre exclusivement son attention sur le regard que les sources anglaises portent sur la Perse et ses nationaux durant la période en question. Par conséquent, il n’a porté d’intérêt qu’aux documents européens et aux récentes recherches occidentales et n’a donc eu recours à aucune source ou recherche iraniennes. Malgré cela, il semble que toutes les sources occidentales relatives au sujet n’aient pas été utilisées dans cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mansour Sefatgol, « Moḥammad-Taqī Neẓām Māfī. Īrān va Engelīs, kerešme-ye ravābeṭ-e siyāsī. Tehrān, Ketāb-e Siyāmak, 1380, 408 p. [L’Iran et la Grande-Bretagne : clins d’œil dans les relations politiques] »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 168, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4625 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.4625

Haut de page

Rédacteur

Mansour Sefatgol

Université de Téhéran

Comptes rendus du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search