Navigation – Plan du site
1
Thomas Allsen

Thomas Allsen. « Population Movements in Mongol Eurasia »

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle
Référence(s) :

Thomas Allsen. « Population Movements in Mongol Eurasia » in Reuven Amitai & Michal Biran (eds.). Nomads as Agents of Cultural Change. The Mongols and Their Eurasian Predecessors. Honolulu: University of Hawaii Press, 2015, p. 119-151

Texte intégral

1Les mouvements de populations dans cette aire géographique ont pris des formes variées. Les Mongols ont recruté et déployé les armées conquises dans des lieux lointains. Les soldats russes des frontières occidentales de l’empire mongol ont servi en Chine, tandis que des fonctionnaires chinois ont été transférés à l’ouest. Les paysans et les simples citadins ont fui les assauts mongols pour se réfugier dans des lieux où ils se sentaient en sécurité. Néanmoins, une partie des élites citadines a cherché à négocier une position au sein du régime politique des conquérants. Un autre phénomène qui ne s’était pas produit avant les conquêtes mongoles fut une importante pénétration de l’islam en Eurasie orientale. En poursuivant leurs objectifs impériaux, les Gengiskhanides étaient peut-être des « éleveurs de peuples » (herders of human beings), mais leurs troupeaux humains étaient hétérogènes et avaient beaucoup changé en raison des déplacements de populations. L’étude de Thomas Allsen laisse au lecteur le sentiment d’un empire en perpétuelle mutation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Thomas Allsen, « Thomas Allsen. « Population Movements in Mongol Eurasia » », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 1, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/46389

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page