Navigation – Plan du site
6
Naṣīrī, Moḥammad Reḍā et Wothūqī, Moḥammad Bāqer

Moḥammad Reḍā Naṣīrī, Moḥammad Bāqer Wothūqī (eds.). ‘Abd al-Karīm Nīmdehī, Kanz al-ma’ānī

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle
Référence(s) :

Moḥammad Reḍā Naṣīrī, Moḥammad Bāqer Wothūqī (eds.). ‘Abd al-Karīm Nīmdehī, Kanz al-ma’ānī. Tehrān: Farhangestān-e zabān va adabe-e fārsi, 1394sh./2015, 480p.

Texte intégral

1‘Abd al-Karīm Nīmdehī (m. après 906/1501), malgré l’intérêt certain que représente cet ensemble de documents de chancellerie (Kanz al-ma‘ānī) et sa chronique universelle (Ṭabaqāt-i Maḥmūd-Shāhī), a été peu utilisé par les historiens de l’Iran. Il y a maintenant près de cinquante ans, Jean Aubin affirmait qu’une édition critique de ces ouvrages s’imposait (« Indo-Islamica I. La vie et l’œuvre de Nīmdehī », Revue des études islamiques, vol. 34, 1966, p. 61-81). Grâce Moḥammad Reḍā Naṣīrī et à Moḥammad Bāqer Wuthūqī, le Kanz al-ma‘ānī bénéficie maintenant d’une édition critique minutieuse, faite à partir du seul manuscrit qui nous soit parvenu, conservé à la Bibliothèque Suleymaniye à Istanbul.

2Il convient de dire quelques mots de cet historien qui, né dans un petit village à la limite occidentale du Lārestān, a fait toute sa carrière en Inde, d’abord dans le Deccan bahmanide puis auprès de Muḥammad Begara (r. 1458-1511) le souverain du Gujarat. Né dans une famille pauvre, après avoir fait ses études grâce à une bourse que lui avait accordé le roi d’Ormuz Tūrān-Shāh II, il fut réduit pour subvenir à ses besoins d’aller tenter sa chance au Deccan. Entré dans les services de la chancellerie bahmanide, il devint le secrétaire particulier de Maḥmūd Gavān. Il dit être resté dix ans à son service et assure également que le ministre lui avait confié la révision de ses lettres (Kanz al-ma‘ānī, « Muqaddima », p. 2). Le Kanz al-ma‘ānī est constitué de 137 pièces, dont cinquante-quatre sont des lettres écrites par Nīmdehī d’après des notes dictées par Maḥmūd Gavān, et un certain nombre d’autres lettres qui doit émaner aussi du ministre bien que Nīmdehī ne le précise pas dans l’intitulé. Le style fleuri du Kanz al-ma‘ānī est à première vue semblable à celui des lettres personnelles de Maḥmūd Gavān qui furent réunies par lui vers 881/1477, sous le titre Riyāḍ al-inshā’. Le grand nombre de manuscrits atteste le succès de ce recueil qui a donné lieu à plusieurs éditions. Les deux collections de documents sont d’une égale importance pour l’histoire du Deccan dans la seconde moitié du xve siècle. D’une lecture difficile, ces lettres nous informent sur le rôle de plusieurs personnalités du Fārs, d’Ormuz et du Deccan dans la seconde moitié du xve siècle. Après l’assassinat de son protecteur Maḥmūd Gavān en 1481, Nīmdehī termina sa vie au Gujarat au service de Muḥammad Begara. À la demande de ce dernier, il rédigea les Ṭabaqāt-i Maḥmūd-Shāhī, conservée dans deux manuscrits conservés l’un à Windsor et l’autre à Tachkent.

3À travers ses ouvrages, Nīmdehī se révèle comme un témoin essentiel de la vie du monde indo-persan avec une attention soutenue à sa patrie d’origine et sur le royaume d’Ormuz. Il serait souhaitable que les Ṭabaqāt-i Maḥmūd-Shāhī bénéficient elles aussi d’une édition critique, au moins des dernières sections (xive-xve s.), afin que l’ensemble de l’œuvre historique de Nīmdehī soit plus facilement accessible aux historiens de l’Iran et de l’Inde musulmane.

4La présente édition du Kanz al-ma‘ānī est précédée d’une substantielle introduction des éditeurs (p. 1-50) dans laquelle ils retracent la vie de Nīmdehī, présentent l’intérêt des Ṭabaqāt-i Maḥmūd-Shāhī (p. 30-32) et du Kanz al-ma‘ānī (p. 33-35). L’édition critique des documents est annotée dans de copieuses notes et les personnages cités sont identifiés. Plusieurs index (p. 409-475) compètent l’édition du texte, notamment des personnes, des lieux, des poèmes, des expressions, ainsi qu’une liste des sources utilisées (p. 477-480). On ne peut que féliciter Moḥammad Reḍā’ Naṣīrī et Moḥammad Bāqer Wuthūqī d’être parvenus à éditer ces documents d’une lecture difficile et où manquent les repères chronologiques. Les lettres ne sont en effet datées que par les mois et non par le millésime.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Naṣīrī, Moḥammad Reḍā et Wothūqī, Moḥammad Bāqer, « Moḥammad Reḍā Naṣīrī, Moḥammad Bāqer Wothūqī (eds.). ‘Abd al-Karīm Nīmdehī, Kanz al-ma’ānī », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 6, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/46482

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page