Navigation – Plan du site
4
Brac de la Perrière, Éloïse et Buresi, Monique

Éloïse Brac de la Perrière, Monique Buresi (dir.). Le coran de Gwalior. Polysémie d’un manuscrit à peintures

Compte-rendu réalisé par Sandra Aube
Référence(s) :

Éloïse Brac de la Perrière, Monique Buresi (dir.). Le coran de Gwalior. Polysémie d’un manuscrit à peintures. Paris : Éditions de Boccard, 2016, 215p., nombreuses ill. couleur, ISBN : 978-2-7018-0443-9

Texte intégral

1La production des manuscrits à peintures dans l’Inde des Sultanats reste très méconnue jusqu’au XVIe siècle. Le coran de Gwalior, conservé dans la collection Aga Khan (inv. AKM00281), fut copié dans la forteresse de Gwalior en 801/1399 : il constitue le plus ancien manuscrit à peintures indien, à caractères arabes, daté avec certitude.

2Ce coran, richement enluminé, est suivi d’un livre de divination (fāl-nāme). Le style varié des enluminures du coran de Gwalior le met en relation avec les productions iraniennes et proche-orientales du XIVe siècle, tandis que son écriture bihari l’inscrit dans des traditions calligraphiques indiennes plus tardives. Outre ces problématiques liées à la codicologie et à l’histoire de l’art, le coran de Gwalior questionne par ailleurs l’œuvre coranique elle-même et ses usages.

3Ce manuscrit exceptionnel fut l’objet, quatre années durant, d’un groupe de recherche dirigé par Éloïse Brac de la Perrière, spécialiste des arts du livre dans l’Inde islamique (cf. le cr dans Abstracta Iranica de L’art du livre dans l’Inde des sultanats, Paris, 2008). L’étude du coran de Gwalior s’est caractérisée par une approche pluridisciplinaire, assortie d’un dialogue fécond – cher à É. Brac de la Perrière – entre jeunes chercheurs et chercheurs confirmés.

4Le volume collectif, que dirigent É. Brac de la Perrière et M. Buresi, réunit neuf articles (en anglais et en français) qui, à travers des approches très complémentaires, proposent une étude originale du Coran du Gwalior. Après une introduction d’É. Brac de la Perrière, le volume s’organise en trois parties :

5- La première partie (« Le coran de Gwalior ») propose une analyse minutieuse du manuscrit à travers trois articles portant sur les enluminures (Frantz Chaigne et Mathilde Cruvelier, « The ornamentation of the Gwalior Qurʾan, between diachronic legacies and geographic confluences », p. 17-56), les pigments (Nourane Ben Azzouna et Patricia Roger-Puyo, « The Gwalior Qurʾan: Archaeology of the manuscript and of its decoration: A preliminary study », p. 57-84), les gloses marginales et le fāl-nāme (Sabrina Alilouche et Ghazaleh Esmailpour Qouchani, « Les gloses marginales et le fālnāma du coran de Gwalior, témoignages des usages multiples du coran dans l’Inde des sultanats », p. 85-110).

6- La seconde partie (« Contextes ») offre différents éclairages contextuels. Ainsi, Johanna Blayac étudie la présence musulmane à Gwalior avant le XVIe siècle (« Contextualizing the Gwalior Qurʾan: Notes on Muslim Military, Commercial and Mystical Routes in Gwalior and India before the 16th century », p. 113-125). Nalini Balbir présente des codex indiens non-musulmans et établit notamment l’impact des livres jaïns sur le coran de Gwalior (« Kalpasūtras et Corans : Réflexions sur l’écriture et la peinture de manuscrits jaina du Gujarat aux XIVe-XVIe siècle », p. 127-138). Enfin, Asma Hilali présente les usages coraniques et les questions autour de la transmission des textes religieux (« Qurʾan manuscripts as documentary sources », p. 139-150).

7- La troisième partie (« Les manuscrits indo-persans et le monde islamique ») décrypte enfin le coran de Gwalior au travers de réseaux transrégionaux, offrant ainsi des perspectives contextuelles plus larges : Finbarr Barry Flood, « Eclecticism and Regionalism: The Gwalior Qurʾan and the Ghurid Legacy to Post-Mongol Art » (p. 153-169), Yves Porter, « Lotus flowers and leaves, from China and Iran to the Indian Sultanates », p. 171-189), Simon Rettig, « A ‘Timurid-like Response’ to the Qurʾan of Gwalior? Manuscript W563 at the Walters Art Museum, Baltimore » (p. 191-205).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Aube. Brac de la Perrière, Éloïse et Buresi, Monique, « Éloïse Brac de la Perrière, Monique Buresi (dir.). Le coran de Gwalior. Polysémie d’un manuscrit à peintures », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 4, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/46570

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page