Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 254. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle4.2.2. Asie centraleRobert D. McChesney. « Architectu...

4. Histoire, Période Musulmane
4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle
4.2.2. Asie centrale
183

Robert D. McChesney. « Architecture and Narrative: The Khwaja Abu Nasr Parsa Shrine. Part 1: Constructing the Complex and its Meaning, 1469-1696 ». Muqarnas 18 (2001), pp. 94-119 ; Part 2 : « Representing the Complex in Word and Image, 1696-1998 ». Muqarnas 19 (2002), pp. 78-108.

Maria Szuppe

Entrées d’index

Rubriques :

4.2.2. Asie centrale

noms/names :

Abū Naṣr Pārsā
Haut de page

Texte intégral

1Important article en deux parties sur l’histoire et le fonctionnement, tels qu’ils sont transmis par la tradition narrative, du mausolée de Ḫwāja Abū Naṣr Pārsā à Balḫ, dédié au cheikh naqšbandī mort en 1460 ou en 1461, fils du renommé Ḫwāja Moḥammad Pārsā Boḫārī. À partir d’une riche documentation, l’auteur présente un aperçu quasi exhaustif de la tradition narrative qui entoure ce monument. Les sources écrites qu’il exploite, notamment des textes souvent inédits provenant de la tradition historiographique locale de Bal¿, et des documents légaux tel un vaqf-nāma, sont mises en perspective dans leur contexte historique et social. Tout en suivant les étapes de son évolution, il éclaire les sens fonctionnels et symboliques attribués à ce monument à des périodes différentes, depuis sa construction en 1469 jusqu’à aujourd’hui.

2La première partie de l’article s’intéresse à la construction et au développement du mausolée, en commençant par le rôle joué par le patron timouride d’Abū Naṣr Pārsā, le dignitaire militaire Mīr Mazīd Arġūn, par le cheikh lui-même, et par ses descendants dont beaucoup portèrent le titre de šeyḫ al-eslām de Balḫ. L’auteur reconstitue l’histoire de la famille Pārsā’ī, qui administre le mausolée et finit par devenir l’une des familles les plus éminentes de Balḫ, ainsi que les conséquences de cette situation sur l’évolution architecturale de la ville. Les 16e-17e siècles représentent la période de splendeur du mausolée, centre d’attraction intellectuelle considérable avec tout un quartier résidentiel et « universitaire » créé autour du complexe par les souverains sheybanides, marqué par la construction de plusieurs madrasas [schémas, fig. 3-4]. Au 18e s., malgré les troubles politiques à Balḫ – en 1696, le cheikh Pārsā’ī, Ḫwâja Ṣāleḥ, fut exilé en Inde par le souverain astrakhanide Sobḥān-Qolī Ḫān – et malgré l’effondrement économique, observé plus généralement dans toute l’Asie centrale, l’héritage d’Abū Naṣr Pārsā a dû être ancré très profondément, car le mausolée a survécu alors que les édifices religieux des alentours, notamment les madrasas, disparaissaient l’un après l’autre. La continuité du mausolée supposant la continuité de son administration légitime, la famille Pārsā’ī a certainement traversé le 18e s., même si elle semble avoir disparu des sources historiques à cette époque ; une lignée nommée « Gowharī-Pārsā’ī » réapparaît au cours du 19e s.

3La deuxième partie de l’article aborde en effet la résurgence et les transformations du mausolée de Ḫwâja Abū Naṣr Pārsā survenues durant le 19e et le 20e siècles. Les sources narratives, qui incluent ici des descriptions laissées par des voyageurs et explorateurs européens, sont comparées aux observations architecturales du monument actuel, mais aussi aux photographies documentant les changements de l’aspect du monument sur plus d’un siècle de son existence, entre les années 1886 et nos jours. La reconstitution faite par l’auteur à partir de ces sources est remarquable, à la fois pour les multiples transformations architecturales et fonctionnelles (restaurations, démolitions…), dont le mausolée a pu faire l’objet dans des contextes socio-politiques précis, et pour des modifications de la charge symbolique et émotionnelle dont il a été investi par des différents témoins de son histoire la plus récente. En conclusion, l’auteur souligne que l’étude d’un monument ne peut se limiter à un moment historique particulier, mais qu’elle doit être conduite dans son ensemble à partir de toutes les sources disponibles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe, « Robert D. McChesney. « Architecture and Narrative: The Khwaja Abu Nasr Parsa Shrine. Part 1: Constructing the Complex and its Meaning, 1469-1696 ». Muqarnas 18 (2001), pp. 94-119 ; Part 2 : « Representing the Complex in Word and Image, 1696-1998 ». Muqarnas 19 (2002), pp. 78-108. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 183, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 03 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4677 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.4677

Haut de page

Rédacteur

Maria Szuppe

CNRS – Paris

Comptes rendus du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search