Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 37-38-393. Histoire, Art et Archéologie, ...3.2. Ouest de l’Iran3.2.3. Séleucides, Parthes et Sas...Pierfrancesco Callieri. Architect...

62
Pierfrancesco Callieri

Pierfrancesco Callieri. Architecture et représentations dans l’Iran sassanide

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat
Référence(s) :

Pierfrancesco Callieri. Architecture et représentations dans l’Iran sassanide. Paris : Association pour l’Avancement des Etudes iraniennes, 2014, 298 p., 127 fig., bibliographie, index, (Studia Iranica. Cahier 50)

Texte intégral

1Ce livre est issu des quatre conférences données par l’A dans le cadre des « 7e Conférences biennales d’études iraniennes Ehsan et Latifeh Yarshater » (Persian Heritage Foundation) à Paris en 2014. Sous ce titre, l’A. analyse cinq aspects de l’art et de l’archéologie sassanides en Iran, 1) les résidences royales et aristocratiques ; 2) les sanctuaires du feu ; 3) l’art du stuc ; 4) les centres artistiques à l’origine des bas-reliefs rupestres ; 5) les centres de production des sceaux.

2Chacun des trois premiers chapitres constitue une synthèse, un état de la question très informé dans lequel l’A donne ses choix. Par exemple, il souligne l’ambiguïté du plan général des palais et des monuments que l’on reconnaît maintenant comme des édifices religieux, les uns et les autres présentant souvent un iwan vouté ou à colonnes, et une salle du type chahar taq, une coupole reposant sur des piliers reliés par des arcs. Sur les bâtiments religieux, PC propose d’intéressantes hypothèses, par exemple pour le monument de Bandian dans le Khorasan, pour lui ni résidence ni temple, mais lieu de culte dynastique, où se seraient déroulées des cérémonies en l’honneur des ancêtres. Le décor de stuc n’aide pas à déterminer la fonction d’un bâtiment puisqu’on en trouve aussi bien dans les lieux de culte que dans les palais et que l’interprétation religieuse a souvent été surestimée au détriment de celle de scènes narratives, ou mythiques (représentations symboliques des actes des ancêtres à Bandian).

3Pour les bas-reliefs rupestres, PC distingue deux ateliers distincts à l’époque de Shapur I et certainement un atelier différent pour les reliefs postérieurs de Taq-e Bostan du 4e siècle, poursuivi ou non par les réalisations sur le même site, attribuées au 7e siècle, si elles ne sont pas plus anciennes. Les représentations sur les sceaux et empreintes ne sont pas analysées du point de vue de l’iconographie — un immense sujet — mais plus modestement au niveau du style et de la technique pour tenter de distinguer différents centres de production. Ce livre qui a peu d’équivalents constitue un bel et utile ensemble sur les monuments et certaines séries de documents de l’époque sassanide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Pierfrancesco Callieri, « Pierfrancesco Callieri. Architecture et représentations dans l’Iran sassanide », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 62, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/46966 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.46966

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search