Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 37-38-393. Histoire, Art et Archéologie, ...3.2. Ouest de l’Iran3.2.3. Séleucides, Parthes et Sas...Seth Priestman. “The Silk Road or...

78
Seth Priestman

Seth Priestman. “The Silk Road or the Sea? Sasanian and Islamic Exports to Japan”

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat
Référence(s) :

Seth Priestman. “The Silk Road or the Sea? Sasanian and Islamic Exports to Japan”, Journal of Islamic Archaeology 3/1, 2016, p. 1-35

Texte intégral

1L’A. spécialiste de la céramique sassanide et islamique, particulièrement en Iran et dans le golfe Persique, fait un point précis sur le commerce du verre et de la poterie produite dans le sud de la Mésopotamie exportés en Extrême Orient. Il conclut, contre l’opinion traditionnelle, que ces exportations étaient faites par voie maritime, alternative à «la Route [les routes] de la Soie » terrestre. Dans cette mise au point très bienvenues, une des questions très débattue depuis plusieurs années est la date des premières productions de la céramique à glaçure turquoise « sassanido-islamique » – mais quand dans la période sassanide ? – de plus en plus fréquente à l’époque islamique en Iraq, dans le golfe Persique et le monde l’Océan indien, Afrique orientale incluse. L’A. montre de plus qu’il faut distinguer plusieurs phases chronologiques internes dans cette production, avec des différences marquées en particulier par l’introduction du décor appliqué au début du VIIIe s. d.n.è.

2Plus connues, les importations au Japon de vases en verre à décor taillé de facettes, sont datées surtout de la période Ve-VIIe s., comme par exemple dans le trésor impérial de Shōsōin, constitué seulement au VIIIe s. Plusieurs pièces trouvées sont très semblables à des vases trouvés en Mésopotamie, dans le Gilan et maintenant dans le Caucase. Puis, la céramique à glaçure turquoise du Moyen-Orient commence à être exportée en Extrême-Orient à l’époque islamique, près d’un siècle après les dernières exportations de verres, lesquelles sont cependant encore employées et échangées à l’intérieur du Japon. Cette céramique est la seule catégorie exportée au Japon et est habituellement représentée par des jarres de moyennes ou grandes dimensions. Elle est donc probablement exportée pour son contenant, peut-être le sirop de dattes suggère prudemment l’A. Son inventaire précis des lieux de découverte au Japon lui permet de faire l’hypothèse d’une relation de ces jarres, souvent trouvées à proximité de temples, avec les régions où les communautés bouddhistes étaient actives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Seth Priestman, « Seth Priestman. “The Silk Road or the Sea? Sasanian and Islamic Exports to Japan” », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 78, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/47245 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.47245

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search