Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 37-38-393. Histoire, Art et Archéologie, ...3.1. Est de l’IranMichele Minardi. “A silver rhyton...

12
Michele Minardi

Michele Minardi. “A silver rhyton from Afghanistan held in the Cleveland Museum of Art and its historical context”

Compte-rendu réalisé par Julien Cuny
Référence(s) :

Michele Minardi. “A silver rhyton from Afghanistan held in the Cleveland Museum of Art and its historical context”, Journal Asiatique 303, 2015, p. 59-86

Texte intégral

1L’exceptionnel rhyton en argent du musée de Cleveland est composé de deux parties assemblées : une tête féminine surmontant une tête de buffle d’eau indien. Une inscription en pehlevi incisée sur la nuque du personnage féminin indique son poids. Il avait fait l’objet de plusieurs études, en particulier de la part de D. Shepherd en 1966 puis de M. Carter en 1979, qui avaient proposé d’y voir respectivement une production sogdienne du Ve-VIe siècle, ou d’Afghanistan de la fin du VIIe s.

2Considérant à nouveau la datation d’œuvres d’un style comparable, notamment de stucs de sites bouddhiques, l’A. appuie la thèse d’une production gandharienne mêlée d’influences de l’art Gupta dont les premières pénétrations au Gandhara sont sensibles à partir du Ve s. apr. J.-C. La tête de buffle au contraire trouve ses meilleurs parallèles dans la toreutique thrace et est-méditerranéenne d’époque hellénistique ancienne et l’A. n’y reconnaît pas, contrairement à l’interprétation de Shepherd, les traces d’une stylisation linéaire caractéristique des productions iraniennes. Pour expliquer une telle persistance de modèles hellénistiques (et des techniques associées), l’A. suppose l’existence et la transmission de modèles (emblemata) similaires à celui du Ier s. apr. J.-C., en gypse, trouvé dans le trésor de Bégram et remontant à des prototypes alexandrins du IIIe s. av. J.-C., une pratique également connue au Gandhara pour la fabrication de sculptures en stuc. La tête de buffle serait ainsi l’un des plus récents témoignages de la persistance au Gandhara de cette « manière » méditerranéenne.

3Reprenant enfin à son compte les liens qu’avait décelés R. Göbl en 1987 entre l’iconographie de ce rhyton et le monnayage des rois de Nezak, désormais mieux daté, l’A. en fait plus précisément une production de la première moitié du VIe s. dans la région de Kaboul et Ghazni, où ces rois ont régné. L’A. veut donc y voir un objet ayant appartenu à l’un d’eux ou à un membre de leur cour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Cuny. Michele Minardi, « Michele Minardi. “A silver rhyton from Afghanistan held in the Cleveland Museum of Art and its historical context” », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 12, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/47347 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.47347

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search